Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Gary Ramage / POOL / AFP

Feu vert

Covid-19 : le G20 s'accorde sur la suspension temporaire de la dette des pays les plus pauvres

L'Arabie saoudite organisait ce mercredi 15 avril une réunion virtuelle avec les ministres des Finances du G20 et les directeurs des banques centrales. Les ministres des finances et les banquiers centraux des pays du G20 ont donné leur aval pour une suspension provisoire du service de la dette des pays les plus pauvres.

Les ministres des Finances du G20 ont réussi à trouver un accord ce mercredi sur une suspension temporaire du service de la dette des pays les plus pauvres. Tous les créanciers publics bilatéraux participeront à l'initiative. Le G20 a lancé un appel envers les créanciers privé pour appliquer une attitude similaire.

Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 ont donc donné mercredi leur aval à une suspension provisoire du service de la dette des pays les plus pauvres. Un communiqué a été publié à l'issue de la réunion virtuelle qui s'est déroulée ce mercredi 15 avril :

"Nous nous sommes mis d'accord sur une approche coordonnée avec un échéancier commun, fournissant les principales caractéristiques de cette initiative […] qui a également été approuvée par le Club de Paris. Tous les créanciers officiels bilatéraux participeront à cette initiative". 

Mardi, le G7 s'était dit favorable à une telle initiative afin d’aider les pays concernés pour faire face aux impacts sanitaires et économiques du coronavirus. 

Ce projet était défendu et soutenu par Emmanuel Macron, notamment pour les pays africains. 

Cette décision doit donc débuter à partir du 1er mai et jusqu'à la fin de l'année. 

Le G20 appelle donc les créanciers privés à s'accorder sur une initiative sur des termes comparables, et demande aux banques multilatérales de développement d'étudier les moyens de suspendre le service de la dette. Les membres du G20 suspendent donc la dette des pays les plus pauvres pour une durée d'un an. Cette décision a été confirmée mercredi mar Mohammed al-Jadaan, le ministre des Finances saoudien, lors d’une conférence de presse virtuelle.

Emmanuel Macron avait défendu ce projet ambitieux afin d'aider et de soutenir notamment le continent africain face à l'impact de la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19. 

France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !