Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©STR / AFP

Origine

Covid-19 : l'hypothèse d'un virus échappé d'un laboratoire de Wuhan ne peut être écartée

Un an après l'émergence du coronavirus SARS-CoV-2, sa provenance reste encore inconnue. Et l'idée d'un virus échappé d'un laboratoire n'est plus considérée comme farfelue.

Plus d'un an après l'émergence du coronavirus SARS-CoV-2, qui a fait 1,2 million de morts, les scientifiques n'ont toujours pas découvert comment le virus était passé de la chauve-souris à l'homme. L'Organisation mondiale de la santé a d'ailleurs mis sur pied une mission internationale dont l'objectif est de déterminer le point de départ de l'épidémie. Ses experts se sont entretenus en visioconférence avec des scientifiques chinois, vendredi 30 octobre, et espèrent un jour se rendre sur le terrain pour mener leur enquête. Car pour l'instant, l'origine de l'épidémie reste un mystère. Les scientifiques savent seulement que l'homme a hérité ce coronavirus de la chauve-souris. Mais impossible pour l'instant de savoir comment il est passé de l'animal à l'humain.

Dans un article publié dans le CNRS journal le 27 octobre dernier, le virologue Étienne Decroly evoque la piste de l’accident de laboratoire. "Aucune épidémie liée à la transmission directe de la chauve-souris à l’homme n’ayant été démontrée à ce jour, on pense que la transmission à l’humain doit plutôt s’effectuer via une espèce hôte intermédiaire dans laquelle les virus peuvent évoluer puis être sélectionnés vers des formes susceptibles d’infecter des cellules humaines", explique-t-il. Mais "en l’absence d'éléments probants concernant le dernier intermédiaire animal avant la contamination humaine (...) certains auteurs suggèrent que ce virus pourrait avoir franchi la barrière d’espèce à la suite d'un accident de laboratoire ou être d’origine synthétique".

Et tous les yeux sont tournés vers l'Institut de virologie de Wuhan, dont l'histoire est étroitement liée aux chauves-souris et à leurs coronavirus. En effet, l'épidémie est partie de cette ville. Or, une équipe de cet institut a montré en février que le génome du Sars-CoV-2 était identique à 96% à la séquence génétique du RaTG13, un virus identifié chez une chauve-souris dans la province du Yunnan en 2013, que l'institut détenait dans sa collection.

Un accident de manipulation en laboratoire pourrait donc avoir mal tourné. "Certaines techniques employées consistent à cultiver les virus, d'autres à les manipuler pour construire des virus chimères ayant plus de facilité à franchir la barrière des espèces. Ce type de manipulation pose la question de savoir s'il n'y a pas eu une possibilité d'échappement d'un laboratoire d'un échantillon qui aurait été collecté dans la faune sauvage ou qui aurait subi ce processus", explique Étienne Decroly  à France Info. "C'est une hypothèse qu'il faut regarder avec autant de sérieux que les autres, de manière à clarifier définitivement ce point", estime-t-il.

L'hypothèse d'un virus échappé accidentellement d’un laboratoire est d'autant moins farfelue qu'elle est déjà documentée : "le SARS-CoV qui a émergé en 2003 est sorti au moins quatre fois de laboratoires lors d’expérimentations", rappelle Etienne Decroly.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !