Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Coup de projecteur sur Theresa May, prochain Premier ministre britannique
©Neil Hall / Reuters

May Day

Coup de projecteur sur Theresa May, prochain Premier ministre britannique

Cette femme est parfois appelée la "nouvelle Margaret Thatcher".

Mais qui est Theresa May, celle qui est appelée à succéder à David Cameron comme premier ministre du Royaume-Uni ? 

Vous allez lire beaucoup de choses à son sujet bientôt. Notamment : 

  • Elle est fille de pasteur (plus précisément, d'un vicaire de l'église anglicane).
  • Elle est député depuis 1997, et ministre de l'Intérieur depuis 2010, où elle projette une image de compétence. Elle a commencé la politique à l'échelon local comme simple militant, il y a plus de trente ans. Elle est décrite comme "workaholic."
  • On va vous faire toutes les comparaisons les plus faciles. Pour Robin Oakley, contributeur à CNN, elle est "ce qu'il y a de plus proche de Margaret Thatcher dans la politique britannique aujourd'hui," à cause de ses convictions libérales-conservatrices. Pour le Financial Times, elle pourrait être "l'Angela Merkel britannique". Avec sa sobriété et sa compétence dans un poste régalien, on pourrait rajouter une couche et dire qu'elle est un peu la Michèle Alliot-Marie d'outre-Manche.
  • Notamment, elle a fait sa marque par un discours au principal syndicat de police où elle a décrit sans tressaillement le bilan de corruption, d'incompétence, de racisme de nombreux éléments de la police britannique, face à un parterre d'officiers (surtout mâles), un discours décrit comme "un des discours politiques les plus courageux, les plus stupéfiants, depuis de nombreuses années" par Brian Reade du Daily Mirror, habituellement hostile à May et aux conservateurs. 
  • Son côté sobre masque peu facilement une ambition dévorante, et un côté impitoyable pour ses adversaires, décrit-on. Selon de nombreux observateurs, elle prépare une arrivée à 10 Downing Street depuis son arrivée au gouvernement. Une dispute avec Michael Gove, rival évincé et alors ministre de l'éducation, au sujet de la radicalisation dans certaines écoles britanniques, s'était finie par un ferme recadrage par l'intéressée--et au remaniement suivant, Gove, pourtant très proche ami de David Cameron, était rabaissée, et May confortée dans son poste. 

A LIRE AUSSI : Emmanuel Todd : "L’étape numéro 4, après le réveil de l'Allemagne, de la Russie, et du Royaume-Uni, doit être le réveil de la France. Suivre les Anglais est conforme à notre tradition révolutionnaire"


Theresa May succède à David Cameron - 12/07... par ITELE

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !