Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: Carlo Hermann / AFP
Italie coronavirus covid-19

Crise de défiance

Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie

Un quart des Italiens croient aux théories complotistes liées à l'épidémie de Covid-19, notamment la théorie selon laquelle le virus aurait été créé en laboratoire pour modifier les équilibres mondiaux, ou qu'il n'existe pas et sert de prétexte pour contrôler les gens, selon un sondage dévoilé ce mardi.

Face à la peur de la pandémie du Covid-19, certaines publications sur les réseaux sociaux contribuent à propager de fausses informations, des fake news sur le virus. Nos voisins européens sont également concernés par ce phénomène. Alors que certains Français ont quelques réticences vis-à-vis des futurs vaccins, selon un sondage, réalisé par la société SWG sur un échantillon de 800 personnes pour la chaîne de télévision La7, un Italien sur cinq (20%) croit que le virus a été créé en laboratoire et diffusé exprès pour modifier les équilibres mondiaux. 5% des sondés en Italie pensent que la Covid-19 n'existe même pas mais qu'on l'utilise comme prétexte pour contrôler les gens et l'économie.

Parmi les complotistes en Italie, 33% pensent que le virus a été créé par les Chinois pour affaiblir les autres pays, 21% que ce sont les multinationales du web qui en sont à l'origine pour s'enrichir, alors que 20% estiment qu'il a été créé par les élites mondiales pour instaurer une dictature sanitaire et 16% l'attribuent à la mafia pour s'enrichir et augmenter son pouvoir.

Sur le dossier des vaccins, 44% des Italiens se feraient vacciner sans aucun doute, 26% uniquement si c'est obligatoire. 19% des sondés transalpins sont encore indécis.

Selon des informations du Figaro, l'Italie a dépassé lundi les 50.000 morts, d’après les chiffres des autorités sanitaires, pour un total de 1,4 million de cas positifs comptabilisés.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !