Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Olivier Véran ministre de la santé coronavirus covid-19
©LUDOVIC MARIN / AFP

Stratégie contre le virus

Coronavirus : la région parisienne pourrait passer en "alerte maximale" dès lundi, selon Olivier Véran

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est exprimé depuis l'hôpital Bichat, à Paris, pour faire le point sur l'évolution de la pandémie et pour préciser la stratégie du gouvernement.

Olivier Véran s'est exprimé sur l'évolution de la pandémie ce jeudi 1er octobre. 

"Dans les grandes métropoles, le virus évolue déjà bien trop vite. Il touche toutes les catégories de population, notamment les populations vulnérables et les plus et les personnes âgées. Les conséquences sanitaires sont, dans ces endroits, déjà visibles. Les hôpitaux déjà chargés avec des soignants fatigués, mais qui donnent tout pour sauver un maximum de vie et qui attendent de nous que nous prenions des mesures et des Français qu'ils puissent les respecter pour préserver les hôpitaux et les malades. Il y a dans ces territoires, on les appelle les zones d'alerte renforcée, des hospitalisations déjà nombreuses et des décès". 

Le ministre de la Santé a donné des chiffres sur l'évolution de la pandémie : 

"Nous savons que parmi les 15.000 malades diagnostiqués aujourd'hui, il y en aura au moins 75 à 150 qui iront en réanimation et presqu'autant qui décèderont de l'infection. C'est ce qui nous donne de la visibilité. C'est ce qui nous permet de prédire ce qui risque, ce qui va arriver dans les quinze jours à venir et au delà si nous ne mettons pas en place des mesures pour freiner la circulation du virus".
 
Olivier Véran a néanmoins précisé que l'on "commence à constater un début d'embellie, un frémissement positif, sur le plan sanitaire à Bordeaux, Nice ou à Marseille". Il a appelé à la vigilance dans ces territoires où le virus circule toujours activement. 

Le ministre de la Santé  souhaite "faire mentir les courbes" en référence aux simulations qui projettent une explosion du nombre d'hospitalisations sans mesure prise par le gouvernement : 

"Nous sommes dans une phase d'aggravation de la circulation du virus qui met en tension notre système de santé. Nous devons redoubler d'effort et prendre des mesures contraignantes". 

Selon le ministre de la Santé, dans cinq métropoles - Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne - l'évolution reste "très préoccupante avec une dégradation des taux d'incidence mais aussi en terme de pression sur les services de réanimation. Si les mesures ne produisent pas suffisamment d'effet sur la situation épidémique, nous pourrions être conduits à placer ces territoires en zone d'alerte maximale". 

Paris et sa petite couronne pourraient d'ailleurs être placés en zone d'alerte maximale "dès lundi", selon Olivier Véran. 

Olivier Véran promet qu'il n'y a pas de traitement différencié entre Paris et Marseille, concernant les mesures prises dans ces villes. 

"Les seuils ont été franchis en termes d'incidence dans les dernières 24 heures à Paris. Il n'y a pas de traitement différencié. Il faut au moins deux, trois ou quatre jours pour vérifier que Paris s'inscrit dans cette dynamique-là". 

Le ministre de la Santé a également précisé que 13 millions de tests PCR ont été effectués depuis le début de l'épidémie de Covid-19. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !