Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
©Geoffroy VAN DER HASSELT / POOL / AFP

Cour de justice de la République

Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte

L'information judiciaire sur la gestion de la crise du Covid-19, confiée à la Cour de justice de la République, a été ouverte contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn, selon le procureur général auprès de la Cour de cassation François Molins.

L'information judiciaire sur la gestion ministérielle de la crise du Covid-19 confiée à la Cour de justice de la République (CJR) a été officiellement ouverte contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn. Cette information a été annoncée, ce mardi 7 juillet, par le procureur général auprès de la Cour de cassation, François Molins.

"Ce jour, le procureur général près la Cour de cassation, ministère public près la Cour de justice de la République, a ouvert une information judiciaire confiée à la commission d'instruction" de la CJR. 

Elle agira comme un juge d'instruction et mènera les investigations, selon les précisions de François Molins.

"Conformément à la décision rendue par la commission des requêtes vendredi 3 juillet dernier, cette information judiciaire est ouverte du chef d'abstention de combattre un sinistre" contre l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran. 

Neuf plaintes, parmi les 90 reçues par la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour l'exercice de leur fonction, avaient été jugées recevables et jointes pour cette procédure.

Edouard Philippe avait indiqué vendredi "prendre acte" de l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire et affirmait qu'il apporterait à la commission "toutes les réponses et informations nécessaires à la compréhension de son action et celle de son gouvernement".

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !