Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, cherche à apaiser la situation avec la Corée du Nord.

Conflit

Corée du Nord : les Etats-Unis reportent un essai nucléaire dans une optique d’apaisement

Chuck Hagel, secrétaire à la Défense américain, a décidé ce report afin que l'essai ne "puisse être considéré comme exacerbant la crise en cours".

Les Etats-Unis cherchent à apaiser la situation avec la Corée du  Nord. Ils ont ainsi reporté un essai nucléaire avant une semaine qui s’annonce particulièrement tendue sur la péninsule coréenne puisque Pyongyang a déployé deux missiles qui pourraient atteindre le Japon mais aussi le territoire américain dans le Pacifique. 

Le tir du missile balistique intercontinental à ogives nucléaires Minuteman 3 était pourtant prévu de longue date. Il devait être tiré la semaine prochaine de la base aérienne de Vandenberg dans l’état de Californie. La raison de ce report : éviter que l’essai "puisse être considéré comme exacerbant la crise en cours avec la Corée du Nord" a expliqué un responsable américain de la Défense avant d’ajouter : "Nous voulons éviter une mauvaise perception ou une manipulation". Le responsable a toutefois assure que les Etats-Unis restaient "engagés à tester [leurs] missiles balistiques intercontinentaux [ICBM] pour garantir un arsenal sûr, fiable et efficace".

Pour rappel, la Corée du Nord a indiqué vendredi qu’elle n’avait plus la capacité de garantir la sécurité des missions diplomatiques dans la capitale Pyongyang dès mercredi prochain. La majorité des gouvernements étrangers concernés, dont les sept pays de l’Union européenne toujours installés dans le pays – l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suède, la Pologne, la Roumanie, la République Tchèque et la Bulgarie – ont assuré qu’ils ne comptaient pas retirer leur personnel immédiatement. Les Nations unies sont dans la même optique et n’envisagent toujours pas d’évacuation.

Pour beaucoup, comme l’a indiqué une porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères, ces avertissements relèvent plus de la "rhétorique" nord-coréenne que d’une menace réelle. Une source européenne a par ailleurs indiqué qu’une réunion des ambassadeurs des 27 pays de l’UE pour évoquer le cas de la Corée du Nord devrait se tenir lundi à Bruxelles.

La Corée du Nord ne cesse en effet de multiplier les déclarations belliqueuses en raison du tout que prennent les sanctions adoptées par les Nations unies suite à l’essai nucléaire du pays au début du mois de février. Pyongyang n’apprécie pas non plus les manœuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et son voisin coréen.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !