Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'élection de Donald Trump ne semble pas pour le moment avoir eu de répercussions négatives sur l'emploi.
©Reuters

Bonne nouvelle

Contrairement aux prévisions, le chômage américain est en baisse

La nouvelle est toutefois à nuancer, notamment à cause de l'érosion de la population active.

Le taux de chômage des États-Unis en novembre est au plus bas de son niveau depuis août 2007, d'après le département du Travail. Il a baissé de 0,3% en un mois, et atteint désormais 4,6% de la population active. Autrement dit, le nombre de chômeurs a été diminué de 387 000 personnes, et est désormais de 7,4 millions. Les analystes avaient annoncé un statu quo.

L'économie américaine a créé 178 00 emplois supplémentaires par rapport à ceux qu'elle avait détruit en novembre, ce qui est une forte hausse par rapport aux 142 000 emplois du mois d'octobre.

C'est dans le secteur des services que les créations d'emploi sont les plus dynamiques, et particulièrement pour l'assurance-maladie et la construction. Le secteur manufacturier, toutefois, est toujours en perte d'emplois : 4000 ont été détruits dans ce secteur en novembre.

L'élection de Donald Trump le 8 novembre n'aurait donc pas eu pour le moment de conséquence négative sur l'emploi américain comme certains analystes le redoutaient.

Il convient toutefois de nuancer ce chiffre, dans la mesure où il pourrait en partie être expliqué par la diminution de la population active : elle était de 226 000 personnes en moins en novembre. La participation à l'emploi, c'est-à-dire ceux qui ont un travail ou qui en cherchent un activement, a légèrement baissé pour se porter à 62,7% d'après le ministère.

Enfin, le salaire horaire moyen, d'après la banque centrale américaine, a baissé pour la première fois depuis deux ans.  

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !