Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Dehors le chat

Comportements suicidaires : Méfiez-vous des chats

L'étude scientifique révèle aussi que les personnes atteintes de toxoplasmose deviennent plus "suspicieux et jaloux".

Les chats ne nous font pas que du bien. Une étude révèle en effet que le parasite Toxoplasma gondii, souvent transmis à l'homme par ces chers animaux domestiques, augmente les comportements suicidaires chez les êtres humains.

Les chercheurs se sont intéressés à 54 patients d'un hôpital suédois qui avaient déjà tenté de se suicider, ainsi qu'à 30 personnes sans aucun passé suicidaire. A partir de prises de sang, ils ont pu déterminer quels participants avaient déjà été atteints de toxoplasmose, et conclure que l'infection augmentait les comportements suicidaires. Les résultats indiquaient en effet que les hommes et femmes infectés par le parasite "hébergé" par les chats avaient sept fois plus de chances d'avoir déjà commis une tentative de suicide. Mais ce n'est pas tout…

L'étude menée par les Danois explique en effet également que le parasite à l'origine de l'infection parasitaire toxoplasmose entraîne d'autres changements de comportements, de personnalités. L'homme devient notamment plus "opportun, suspicieux, jaloux, et dogmatique", et est plus susceptible de développer des troubles schizophréniques. L'étude indique même qu'une personne infectée par ce parasite "hébergé" par les  chats aurait trois fois plus de chances de mourir dans un accident de voiture.

L'étude rappelle aussi que près de 20% des gens sont infectés par le parasite Toxoplasma gondii. Si le parasite est souvent transmis par les chats, l'homme peut aussi l'attraper en mangeant de la viande crue. Par ailleurs, vivre un chat ne signifie pas nécessairement que vous serez infecté.

Donc n'ayez crainte, et ne chassez pas tout de suite votre animal de compagnie pour le remplacer par un chien, ou moins bruyant, un poisson rouge !

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !