Catalogne : dans des dizaines de communes, il y a eu plus de votes "oui" que d'électeurs sur les listes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Catalogne : dans des dizaines de communes, il y a eu plus de votes "oui" que d'électeurs sur les listes
©PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Erreur de calcul ?

Catalogne : dans des dizaines de communes, il y a eu plus de votes "oui" que d'électeurs sur les listes

Des statistiques qui remettent en question la fiabilité du scrutin organisé par la région.

Bien malin celui qui pourra prédire le futur de la Catalogne. Dans un discours pour le moins alambiqué, le président de la région Carlès Puigdemont a prononcé mardi un discours évoquant une déclaration d'indépendance sans l'annoncer vraiment… et tout en précisant qu'elle était "suspendue".

Une pirouette qui lui permet de laisser la porte ouverte aux négociations avec Madrid, alors que le "oui" à l'indépendance de la Catalogne a obtenu 90,1% des voix selon des résultats définitifs publiés par le gouvernement de la région. Mais de nombreuses interrogations subsistent toujours sur ce scrutin. Et pour cause : selon El Pais, 71 communes catalanes ont recueilli plus de votes "oui" que d'électeurs inscrits sur les listes. 

Dans la petite commune de L'Estany, non loin de Barcelone, le soutien à l'indépendance serait l'équivalent "de 298% de son potentiel électoral". Ainsi ont été dépouillés 1014 bulletins favorables au "oui" alors que le recensement de la ville fait état de 340 électeurs. Une curiseuse situation que l'on retrouve également à Palol de Revardit, Sant Martí d'Albars ou Tavertet. Pour le journal espagnol, le système, mis en place pour permettre aux gens de voter malgré l'action des forces de l'ordre, constituerait "une violation flagrante des règles édictées par la région".

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !