Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media

Justice

Canular homophobe de Cyril Hanouna : le CSA inflige une amende de 3 millions d'euros à C8

La chaîne annonce qu'elle va lancer des recours pour contester cette décision.

Le couperet est tombé. Saisi par des milliers de téléspectateurs après un canular homophobe de Cyril Hanouna dans son émission "Touche pas à mon poste", le CSA a décidé d'infliger ce mercredi 26 juillet une amende record de trois millions d'euros à la chaîne C8 du groupe Canal+. La séquence visée faisait intervenir plusieurs personnes homosexuelles, persuadées de répondre à une annonce sur un site de rencontres. Le CSA a reçu plus de 40.000 signalements de la part d'internautes.

Dans un communiqué, le gendarme de la télévision estime que "l'animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu'en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations".

Le rapporteur indépendant chargé d’instruire le dossier avait suggéré une suspension de diffusion d’une semaine du programme "Touche pas à mon poste", mais en s’attaquant directement au portefeuille de C8, le CSA évite ainsi les différents contournements de la sanction de suspension de diffusion.

La société  a immédiatement publié un communiqué dans lequel elle informe qu'elle va intenter un recours contre la sanction du CSA. La chaîne dénonce un "traitement inéquitable et discriminatoire".  "La décision du CSA fragilisera, de nouveau, l’équilibre économique du groupe Canal qui est le principal soutien financier de la création française et du sport notamment. Les recours seront bien entendu lancés",

Cyril Hanouna a également réagi sur Twitter, en soulignant que "Touche pas à mon poste" sera de retour à l'antenne à partir du 1er septembre.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !