Calais : le Défenseur des droits dénonce des atteintes "d'une inédite gravité" contre les migrants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Calais : le Défenseur des droits dénonce des atteintes "d'une inédite gravité" contre les migrants
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Crise humanitaire

Calais : le Défenseur des droits dénonce des atteintes "d'une inédite gravité" contre les migrants

Jacques Toubon "exhorte les pouvoirs publics à ne pas s'obstiner dans ce qui s'apparente à un déni d'existence des exilés".

Dans un communiqué publié mercredi 14 juin, le Défenseur des droits Jacques Toubon alarme l'opinion sur des "atteintes aux droits fondamentaux" des migrants à Calais "d'une exceptionnelle et inédite gravité", dénonçant "des conditions de vie inhumaines" et une "sorte de traque". 

Au terme d'une visite réalisée par ses services à Calais en début de semaine, Jacques Toubon "exhorte les pouvoirs publics à ne pas s'obstiner dans ce qui s'apparente à un déni d'existence des exilés", et plaide notamment pour "l'autorisation des distributions de repas, la mise à l'abri des mineurs", ainsi que "la mise en place d'un lieu" où ils puissent se reposer.

>>>> À lire aussi : Inégalités, identité, migrants... les grands disparus de la double campagne Présidentielle, Législatives

Lundi, des agents envoyés par le Défenseur des droits se sont entretenus avec de nombreux exilés et les associations. Depuis plusieurs semaines, les associations dénoncent des "entraves répétées" et un durcissement des forces de l'ordre à l'égard des migrants revenus dans la région de Calais malgré le démantèlement de la "Jungle" en octobre 2016.

Insistant sur "la volonté de ne plus voir de migrants à Calais conduit à ce que plus aucun abri ne soit toléré", le Défenseur note qu'"entre 500 et 600" migrants, dont des mineurs, "dorment à même le sol", et se disent "traqués jour et nuit dans plusieurs sous-bois de la ville".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !