Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crédits Photo: PHILIPPE HUGUEN / AFP

No deal

Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs

Michel Barnier et son homologue britannique David Frost ont déclaré vendredi que les divergences étaient encore trop importantes pour parvenir à un accord sur le Brexit.

A moins d'un mois du divorce entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, les négociations sont toujours dans l'impasse. "Les conditions d'un accord ne sont pas réunies, en raison de divergences importantes", ont écrit dans des communiqués similaires le négociateur de l'UE Michel Barnier et son homologue britannique David Frost. "Nous sommes convenus de suspendre les discussions", ont-ils ajouté.

Trois points bloquent toujours les discussions : l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord. Selon Reuters, "des sources des deux côtés ont déclaré que l'impasse était essentiellement liée aux demandes françaises concernant les droits de pêche dans les eaux britanniques".

Après cette semaine de discussions infructueuses, "la présidente von der Leyen et le Premier ministre Johnson discuteront de l'état des lieux" ce samedi, précise le communiqué. Car le temps presse : l'objectif est de conclure un accord avant la fin du week-end, condition pour qu'il soit ratifié à temps par le Parlement européen. Un sommet est d'ailleurs déjà programmé les 10 et 11 décembre. L'accord, s'il est trouvé, doit entrer en vigueur le 31 décembre. C'est à cette date que les Britanniques cesseront d'appliquer les normes européennes. En l'absence d'accord commercial, les échanges entre le Royaume-Uni et l'UE se feraient alors aux conditions de l'Organisation mondiale du commerce, ce qui entraînerait de nouveaux droits de douanes et des hausses de prix potentiellement importantes pour certains produits.

Boursorama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !