Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
©Reuters

Contre-référendum

Brexit : John Major et Tony Blair réclament un nouveau vote

Selon eux, il est encore possible d'arrêter le Brexit "si le peuple britannique le décide après avoir vu ce qu’il implique réellement".

Une nouvelle épine vient de se planter dans le pied de Theresa May. Deux anciens Premiers ministres, John Major et Tony Blair s’interrogent publiquement sur la pertinence de la sortie de l’Union. 

Ainsi John Major a jugé "parfaitement crédible" l’idée d’une deuxième consultation sur le Brexit. "J’entends l’argument selon lequel les 48 % des gens qui ont voté pour rester [dans l’UE] ne devraient pas avoir leur mot à dire dans ce qui se passe", a-t-il déclaré. "Je trouve cela très difficile à accepter. La tyrannie de la majorité ne devrait pas s’exercer dans une démocratie.", a-t-il jugé. 

L’hebdomadaire de gauche The New Statesman a publié, vendredi, un long entretien avec l’ex-premier ministre travailliste Tony Blair (1997-2007). Il estime qu’"il est encore possible d’arrêter le Brexit si le peuple britannique le décide après avoir vu ce qu’il implique réellement". Selon lui, soit Londres obtient l’accès au marché unique en acceptant les règles de l’UE en matière d’immigration, de participation au budget et de soumission à la Cour de justice, et alors "les gens pourraient se dire : “Attendez, pourquoi partons-nous alors ?”" Soit le Royaume-Uni quitte le marché unique et "le prix économique pourrait être très élevé". Toutefois, il assure qu’il n’a pas l’intention de mener la résistance au Brexit, mais simplement de participer à la vie publique. 

 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !