Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: EVARISTO SA

Chaises musicales brésiliennes et polémiques

Brésil : le ministre de la Justice Sergio Moro démissionne en raison "d'ingérences politiques"

Alors que Jair Bolsonaro est beaucoup critiqué dans les médias pour sa gestion de la crise du coronavirus, le ministre de la Justice brésilien Sergio Moro a démissionné ce vendredi 24 avril. Le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a également été récemment limogé par Jair Bolsonaro.

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique du Brésil, Sergio Moro, considéré par de nombreux observateurs comme le plus populaire du gouvernement, a annoncé vendredi 24 avril sa démission en raison "d'ingérences politiques" du président Jair Bolsonaro dans les affaires judiciaires.

"Je vais commencer à rassembler mes affaires et envoyer ma lettre de démission"

Sergio Moro, âgé de 47 ans, s'est exprimé dans le cadre d'un long discours. Il a notamment expliqué que le président Bolsonaro avait, selon lui, "violé la promesse de carte blanche" donnée pour qu'il accepte d'entrer au gouvernement en janvier 2019.

Cet ancien juge anticorruption a décidé de quitter son poste après la décision du chef de l'Etat brésilien d'évincer l'un de ses hommes de confiance, le chef de la Police fédérale Mauricio Valeixo. Sergio Moro s’est expliqué ce vendredi :  

"Le changement à la tête de la Police fédérale sans cause réelle est une ingérence politique, qui entame ma crédibilité et celle du gouvernement. L'autonomie de la Police fédérale est une valeur fondamentale qui doit être préservée dans un état de droit". 

Cette démission fracassante au Brésil intervient huit jours après le limogeage par Jair Bolsonaro d'un autre membre de son gouvernement, le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta, favorable au confinement contre le coronavirus, contrairement au président.

Sergio Moro pourrait avoir officieusement entamé la future élection présidentielle par ce geste et cette décision radicale. Sergio Moro pourrait bien concurrencer Jair Bolsonaro lors des futures élections présidentielles prévues en 2022.

Sergio Moro a été "rendu célèbre" par son travail acharné au sein de la méga-opération anticorruption "Lava Jato" (lavage express) mené contre l’ancien président Lula. L’ancien juge Sergio Moro est considéré comme un héros par de nombreux Brésiliens, même si son impartialité a été sérieusement mise en doute l’an dernier après des révélations fracassantes et suite à la libération de Lula.

Selon des informations du Monde, la publication par le site d’investigation The Intercept Brasil de messages de l’époque où Sergio Moro était juge aurait révélé des manœuvres de sa part avec des procureurs pour empêcher l’icône de la gauche Lula de revenir au pouvoir. Ce scandale et ces révélations ont terni l’image de Sergio Moro.

Décrit par ses pairs comme un magistrat compétent et déterminé, Sergio Moro a néanmoins également été critiqué pour son recours récurrent à la détention provisoire et aux accords avec des inculpés pour obtenir leurs confessions.

La vie politique brésilienne vient donc de connaître un nouveau rebondissement spectaculaire avec cette décision de Sergio Moro. Reste à savoir quelles seront les réactions et les futurs choix de Jair Bolsonaro sur sa politique intérieure et au sein de son gouvernement. 

Retrouvez les publications et les révélations édifiantes de The Intercept sur le scandale Lava Jato et sur les tentatives d'entraves de Sergio Moro pour empêcher le retour de Lula  : Article 1 -  Article 2 - Article 3

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !