Brésil : Dilma Rousseff définitivement destituée de la présidence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Brésil : Dilma Rousseff définitivement destituée de la présidence
©Reuters

Épilogue

Brésil : Dilma Rousseff définitivement destituée de la présidence

L'ex vice-président Michel Temer, âgé de 75 ans, devrait rapidement prêter serment pour prendre officiellement la place de Dilma Rousseff.

Au terme d'un feuilleton politico-judiciaire long de plusieurs mois, les sénateurs brésiliens ont définitivement voté ce mercredi la destitution de la présidente du Brésil. Élue en 2010, Dilma Rousseff est notamment accusée d'avoir maquillé les comptes publics du pays. 

Sa destitution a été votée par une majorité de plus des deux tiers requis des sénateurs (61 sur 81). Si la dirigeante de gauche conservera ses droits civiques, les sénateurs ont en revanche prononcé une interdiction d'exercer pendant huit ans dans la fonction publique. 

"La démocratie n'est pas le meilleur régime parce qu'elle est infaillible, mais parce qu'elle corrige ses imperfections. Si nous nous trompons, la démocratie se corrigera et le peuple nous corrigera", avait déclaré le président du Sénat Renan Calheiros avant un ultime vote. 

L'ex vice-président Michel Temer, âgé de 75 ans, devrait rapidement prêter serment pour prendre officiellement la place de Dilma Rousseff lors d'une brève cérémonie. Il se rendra par la suite en Chine pour participer à un sommet du G20. 

>>>> À lire aussi : Dilma Rousseff est-elle aux prises avec le dernier avatar de cette longue tradition sud-américaine qu’est le coup d’État (quelles que soient ses propres casseroles) ?

 

Lu sur Le Figaro

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Dilma Roussef est-elle aux prises avec le dernier avatar de cette longue tradition sud-américaine qu’est le coup d’Etat (quelles que soient ses propres casseroles) ?Pour le parti communiste français, la suspension de Dilma Rousseff est un "coup d'Etat" et une "attaque brutale contre la démocratie"Brésil : le chef d'Etat par intérim également mis en cause dans le scandale Petrobras

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !