Boko Haram : Thierry Mariani fait polémique avec un tweet sur l'esclavage puis s'en défend | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Boko Haram : Thierry Mariani fait polémique avec un tweet sur l'esclavage puis s'en défend
©

Indignation

Boko Haram : Thierry Mariani fait polémique avec un tweet sur l'esclavage puis s'en défend

Le député UMP estime dans un tweet que les rapts du groupe terroriste Boko Haram déculpabilise l'Occident sur l'esclavage.

Thierry Mariani fait scandale. Le député UMP des Français de l'étranger a une lecture très particulière de l'enlèvement des 200 lycéennes au Nigeria par le groupe extrémiste Boko Haram. Sur Twitter, le leader de la Droite populaire, courant situé à la droite du parti, a estimé que "l'enlèvement par secte Boko Haram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage», associant son tweet du hashtag #Déculpabilisation".

Cette sortie polémique, à trois jours des commémorations de l'abolition de l'esclavage, n'a pas tardé à enflammer le réseau social et à susciter une vague d'indignation. Le député PS du Cher Yann Galut a ainsi qualifié le tweet de Thierry Mariani de "tout simplement scandaleux et honteux". Paraphrasant dans sa forme le tweet de Thierry Mariani, le porte-parole du PS Olivier Faure juge que "le tweet de Thierry Mariani rappelle que l'UMP n'attend plus le FN pour justifier l'injustifiable #esclavage". Un communiqué des députés PS Yann Galut et Alexis Bachelay n'a pas tardé demandant que le député UMP "soit démis de ses fonctions de vice-président de l'UMP". 

Contacté par Le Lab d'Europe 1, Thierry Mariani a défendu son tweet qui "correspond à une vérité historique". Selon lui, "les professionnels de l'indignation réécrivent l'Histoire en affirmant que l'Occident est le seul responsable de l'esclavage". "Les Français en ont assez d'être culpabilisés", ajoute-t-il. Par ailleurs, les autorités nigériannes ont annoncé ce mercredi que la secte Boko Haram avait enlevé dimanche onze autres jeunes filles, et non huit comme annoncé initialement. 

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !