Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©Reuters

Plan d'action

Bernard Cazeneuve débloque 16,6 millions d'euros pour renforcer "l'armement et les équipements" des brigades anticriminalité

Le ministre de l'Intérieur a annoncé le vendredi 30 novembre le déblocage en 2016 d'un budget pour les brigades anticriminalité.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve était à Rouen ce vendredi 30 octobre pour rencontrer élus, policiers et gendarmes. Il y a annoncé le déblocage d'une enveloppe consacrée au renforcement du parc automobile des pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) et des brigades anticriminalité (BAC) de la police, à l'armement, à l'équipement et la formation.

"Fortement exposées dans la lutte contre la délinquance", les brigades anticriminalité disposeront d'un budget de 16,6 millions d'euros pour renforcer "l'armement et les équipements" de protection, a-t-il annoncé.

Près de dix millions seront consacrés au renforcement du parc automobile des pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) et des brigades anticriminalité (BAC) de la police. "La police nationale bénéficiera pour ces seules brigades de 340 véhicules supplémentaires et les pelotons de gendarmerie de 150", a précisé le ministre de l'Intérieur.

"Concernant l'armement et les équipements de protection, 6,6 millions seront dédiés à l'optimisation décisive des équipements PSIG et BAC", a-t-il ajouté.

Les officiers disposeront de bâtons de protection télescopiques, de pistolets à impulsion électrique et d'armes longues disposant d'une aide à la visée. Arriveront aussi des arles "plus modernes" ainsi que des dispositifs de transmissions opérationnelles plus efficaces. Les unités bénéficieront également d'une protection individuelle et balistique renforcée (protège épaules, protège tibias, gilets porte-plaque balistique, casque pare-balles).

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !