Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Tous shootés

La benzedrine, cette drogue qui a grandement influencé l'Amérique du 20e siècle

De nombreux artistes et scientifiques y ont eu recours pour stimuler leur énergie créatrice.

Créée en 1928 comme décongestionnant pour traiter les troubles respiratoires, la benzedrine est une amphétamine qui a été utilisée comme drogue dès les années 30. Elle a grandement influencé la vie artistique et scientifique américaine tout au long du 20e siècle, comme le rappelle The Atlantic. Certains des mathématiciens et écrivains les plus prolifiques en étaient de gros consommateurs afin de stimuler leur énergie créative.

Paul Erdös, par exemple, avalait les petites pilules "bennies" avec son café, le matin. Joshua Foer, qui a consacré un essai à la consommation de la benzedrine chez les scientifiques, rapporte une anecdote croustillante. En 1979, un ami d'Erdös lui aurait proposé 500 dollars si il arrivait à se passer de ses pilules pendant un mois. Dans un premier temps, le mathématicien aurait accepté le défi, mais aurait renoncé après avoir constaté la chute brutale de sa productivité.

Le poète W. H. Auden a aussi longtemps commencé ses journées par la prise de Benzedrine. Mais cette drogue présente aussi des dangers pour la santé de ses consommateurs, et la mort d'Auden, à 66 ans, ne serait pas étrangère à ses prises de "bennies". Norbert Wiener, dans son ouvrage I Am A Mathematician: The Later Life of a Prodigy, dit craindre avoir négligé les effets de la drogue sur son organisme. On peut aussi citer, comme consommateurs, Jack Kerouac ou Miles Davis, par exemple.

A partir de 1959, la benzedrine n'était plus disponible que sur ordonnance. Mais sa consommation avait déjà commencé son lent déclin. La tendance artistique et scientifique changeait, et le côté très énergique laissait sa place à quelque chose de plus lent et tranquille. Avec une drogue qui allait dans le même sens: la marijuana.

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !