Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Histoire belge

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

La Belgique, qui compte 11,4 millions d'habitants, disposait d'un stock de 63 millions de masques.

Cette information étonnante a été révélée par différents journaux belges (Het Nieuwsblad, La Meuse, La Capitale, Sudinfo et La Nouvelle Gazette) : jusqu'à récemment, la Belgique disposait d'un stock stratégique de 63 millions de masques. Masques qui font aujourd'hui cruellement défaut au royaume pour faire face à l'épidémie de Covid-2019. 

Car ce stock stratégique a purement et simplement incinéré. Marc Caekebeke, l’adjudant - désormais à la retraite - qui avait la mission de veiller sur le fameux stock stratégique de masque, a révélé à La Capitale les coulisses de cette décision. "Deux hangars de 30 mètres sur 50, remplis à ras bord avec environ 1.200 palettes contenant des dizaines de milliers de boîtes. C’était le stock stratégique de masques sur lequel j’étais chargé de veiller à la caserne de Belgrade" [près de Namur, NDLR], explique-il.

Il assure que "les hangars étaient secs et fermés" et que "les boîtes n’étaient pas endommagées". Et le militaire lâche une petite bombe : "la raison principale qui a pu justifier la destruction de ce stock stratégique est le manque de place ! En 2015, le gouvernement avait décidé que la Croix-Rouge allait utiliser une partie de ces hangars pour accueillir des réfugiés et il fallait faire de la place". Il se souvient que le médecin chef du service public fédéral Santé publique "nous a dit lors de l’une des phases de destruction : « Pourquoi ne donnerions-nous pas ces masques à l’Afrique ? Là-bas, ils pourront toujours les utiliser". 

Les derniers lots ont été brûlés fin 2018, un an avant l'apparition du coronavirus.

La Capitale

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !