Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
©

Une seule fois ?

Attentats de Paris : une information capitale sur Abdeslam ignorée par un policier belge

Début décembre, la Police belge a mis en attente des informations cruciales sur le refuge de Salah Abdeslam en raison d'un conflit de personnes, révèlent dimanche les media belges.

Il aura fallu attendre le 18 mars 2016 pour que Salah Abdeslam, l'un des suspects-clés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 soit arrêté en Belgique, dans la banlieue de Bruxelles, au domicile d'Abid Aberkane, ami d'enfance d'Abdeslam et musulman "fortement radicalisé" de la commune de Molenbeek.

Cette planque, ainsi que son adresse précise, la Police belge la connaissait depuis… près de quatre mois.

Fin novembre, un inspecteur de Police, contacte son supérieur, Yves Bogaerts, commissaire de Maline, une commune flamande dans la province d'Anvers. L'inspecteur, expert en radicalisation, est congé maladie depuis un an… en raison des conflits répétés avec ce même chef. Le commissaire Bogaerts ne supporte pas que l'inspecteur ne révèle presque jamais ses sources.

Ce jour-là, l'inspecteur révèle qu'un certain Abid Aberkane, résidant "Vierwindenstraat 79" à Molenbeek aurait des liens très étroits avec la famille Abdeslam.

Le commissaire Yves Bogaerts prend note, et rédige un rapport entre le 7 et le 11 décembre, qu'il mettra en attente. Des révélations publiées par le site flamand Knack.

Le 18 mars 2016, Salah Abdeslam, Abid Aberkane et un autre suspect seront arrêtés… au "Vierwindenstraat 79" à Molenbeek, le lendemain des obsèques de Brahim, le frère de Salah. Sur les images de la cérémonie funéraire en possession de la police belge, le cercueil est porté par… Abid Aberkane.

Fin mars, la police des polices belge, le "Comité P", a donc ouvert une enquête interne sur le traitement de cette information capitale par le commissaire Bogaerts. Les résultats de cette enquête sont attendus courant de semaine prochaine. On ignore si Yves Bogaerts a pu occulter d'autres renseignements capitaux provenant de son expert en radicalisation.

A LIRE AUSSI : Notre empressement à qualifier Salah Abdeslam de fanatique est-il un déni de réalité sur l’islamisation de la société française ?

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !