Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Charlie Hebdo locaux
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Enquête

Attentat devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : quatre suspects ont été présentés à la justice

Quatre personnes ont été interpellées lundi dernier dans l'enquête sur l’attaque menée devant les anciens locaux de Charlie Hebdo en septembre. L'un des suspects en question a été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste ».

Nouveau rebondissement judiciaire sur les ramifications de l’attaque devant l’ancien site de la rédaction de l’hebdomadaire satirique. Quatre personnes ont été interpellées lundi dernier dans l'enquête sur l'attaque au hachoir perpétrée par un jeune Pakistanais fin septembre près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris et sont présentées à la justice antiterroriste, selon des informations du Parisien et du Figaro.  

L'un d'entre eux, qui avait déjà été entendu par les policiers, a été mis en examen dès mercredi pour « association de malfaiteurs terroriste » criminelle et placé en détention provisoire.

Les trois autres étaient vendredi en cours de présentation à un juge d'instruction en vue de leurs mises en examen.

Ces quatre hommes, âgés de 17 à 21 ans, sont tous d'origine pakistanaise. Ils étaient en contact avec l'assaillant, selon une source proche du dossier. Ils sont soupçonnés d'avoir été informés de son projet et d'avoir pu l'inciter à passer à l'acte, selon une autre source proche de l'enquête.

Deux ont individus ont été arrêtés en Gironde, un troisième à Caen et le dernier en région parisienne.

Le 25 septembre dernier, l’assaillant, âgé de 25 ans, avait grièvement blessé au hachoir deux personnes devant les anciens locaux du journal satirique Charlie Hebdo dans le onzième arrondissement à Paris.

Mis en examen pour « tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et « association de malfaiteurs » terroriste criminelle, l’auteur présumé des faits avait été placé en détention provisoire.

Le Figaro - Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !