Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: JIM LO SCALZO / POOL / AFP

Sous tension

Attaque en Syrie : l’Onu repousse son vote, les Etats-Unis menacent d’une action unilatérale

Le représentant adjoint de Moscou a quant à lui dénoncé "l’obsession du conseil de sécurité pour un changement de régime".

Entre négociations et menaces. Mercredi soir, le Conseil de sécurité de l'ONU, qui s’était réuni en urgence dans l’espoir de voter une résolution à propos de l'attaque présumée chimique de Khan Cheikhoun en Syrie, a repoussé le vote. L'ambassadeur britannique à l'ONU Matthew Rycroft a affirmé à la presse que "les négociations continuaient" avec ses collègues au Conseil de sécurité. Espérant un vote "le plus tôt possible", son homologue français François Delattre a déclaré que les négociations se déroulaient dans "un bon état d'esprit".

Mais pour le moment, la Russie se montre bien peu ouverte à une quelconque résolution. Le Kremlin juge en effet "inacceptable" en l'état le texte présenté par Washington, Paris et Londres. Le représentant adjoint de Moscou, Vladimir Safronkov, a dénoncé l’attitude " biaisée" et "l’obsession du conseil de sécurité pour un changement de régime".

De leur côté, les Etats-Unis montrent des signes d'impatience. "Quand les Nations unies échouent constamment dans leur mission d’agir collectivement, il y a des moments dans la vie des Etats où nous sommes obligés d’agir nous-mêmes" a menacé Nikki Haley, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unis. Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a souligné que cette attaque, dont le bilan s’élève à 86 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, était un affront à l’humanité.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !