Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Samuel Paty Abdoullakh Anzorov
©PASCAL GUYOT / AFP

Chalaji

Assassinat de Samuel Paty : l’auteur de l’attentat a été enterré en Tchétchénie

Quelques semaines après l’attaque à Conflans-Sainte-Honorine, Abdoullakh Anzorov, le terroriste tchétchène qui a décapité le professeur Samuel Paty le 16 octobre dernier, a été enterré dans son pays d'origine. Environ 200 personnes auraient assisté aux obsèques.

L'assassin de Samuel Paty (l’enseignant décapité en octobre dernier à Conflans-Sainte-Honorine  pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves) a été enterré dimanche 6 décembre en Tchétchénie, dont il était originaire, ont annoncé des médias et comptes sociaux russes. 

Selon des informations de Ouest-France, Abdoullakh Anzorov a été enterré à Chalaji, un village situé une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale tchétchène Grozny. 

Des vidéos de la cérémonie ont été publiées sur la messagerie Telegram. Une foule relativement nombreuse accompagne le cercueil du jeune homme de 18 ans.

Samuel Paty avait été décapité le 16 octobre par Abdoullakh Anzorov. 

L'assaillant avait revendiqué son geste dans un message audio en russe où il disait avoir « vengé le prophète » Mahomet, reprochant au professeur de l'avoir « montré de manière insultante ». L’auteur de l’attentat contre Samuel Paty avait été abattu par la police.

Le dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait condamné cette attaque, mais aussi violemment critiqué la défense par le président français Emmanuel Macron des caricatures de Mahomet, estimant qu'il poussait les musulmans « vers le terrorisme »

A lire aussi : Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !