Asie : le Japon cherche un traité de paix avec la Russie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Asie : le Japon cherche un traité de paix avec la Russie
©

Tomodachi

Asie : le Japon cherche un traité de paix avec la Russie

Les deux nations n'ont pas formellement fait la paix après la Seconde guerre mondiale ; en cause, quatre îles conquises par l'URSS à la fin de la guerre. Le Japon pourrait adoucir sa position.

Le gouvernement de Shinzo Abe cherche à résoudre son différend avec la Russie et à conclure un traité de paix formel entre les deux nations. Les deux pays revendiquent quatre îles, conquises au Japon par l'URSS à la fin de la Seconde guerre mondiale. Le sujet de la conclusion formelle d'un traité de paix entre les deux nations est un serpent de mer de la géopolitique asiatique depuis des décennies. Le gouvernement japonais serait prêt à conclure un traité en échange de la restitution de deux des quatre îles et de la promesse de discussions ultérieures sur le sort des deux autres, selon des sources gouvernementales citées par le Japan Times.

Shinzo Abe doit avoir un entretien bilatéral avec Vladimir Poutine en marge du Forum de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique qui doit se tenir au Pérou en novembre, et un sommet bilatéral est prévu au Japon en décembre. La proposition du gouvernement japonais serait la restitution des îlots de l'archipel Habomai et de l'Île de Shikotan. Pour les deux îles restantes, Etorofu et Kunashiri, le gouvernement japonais proposerait une administration conjointe, avec coopération japonaise pour le développement économique des îles, voyage sans visa sur les îles pour les citoyens japonais, et des discussions sur leur retour au Japon à tenir plus tard. La position officielle de la Russie est que les îles sont devenues territoire russe à l'issue de la Seconde guerre mondiale. 

Les circonstances pourraient être propices à un accord. La Russie, durement frappée économiquement par l'effondrement des prix des hydrocarbures et par les sanctions occidentales, cherche à renforcer sa coopération économique avec le Japon. De plus, Abe et Poutine ont des relations personnelles de "confiance mutuelle" et le "vide politique" créé par la campagne présidentielle américaine donnerait une ouverture, selon les sources du Japan Times. 

Le sujet reste épineux. Le public japonais risque d'être opposé à un compromis qui laisserait trop à la Russie, et, selon un conseiller de Shinzo Abe "on ne peut pas du tout s'attendre à ce que la Russie abandonne l'Île d'Etorofu, en particulier, qui est militarisée". 

Lu sur le Japan Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !