Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Angela Merkel ne serait plus contre une sortie de la Grèce de la zone euro.

Intransigeance

Angela Merkel serait prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro

La chancelière allemande considère que ce scénario est "quasiment inévitable".

Angela Merkel ne dit plus "nein". La chef du gouvernement allemand ne serait plus opposée à une sortie de la Grèce de la zone euro. Elle la considérerait même comme "quasiment inévitable" si le parti de gauche radical Syriza, le favori des sondages pour les législatives anticipés grecques prévues le 25 janvier prochain, remporte l'élection.

Le leader du mouvement, Alexis Tsipras, a d'ores et déjà déclaré vouloir mettre fin à l'austérité. Pour Angela Merkel, une telle décision ne serait pas compatible avec un maintien dans la zone de la monnaie unique.

C'est le magazine Der Spiegel qui révèle cette information, disant s'appuyer sur des sources proches du gouvernement allemand. Il y a encore peu, la chancelière se montrait extrêmement réticente à cette idée. Mais depuis, elle et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble, ont changé leur fusil d'épaule.  Ils jugent supportables une sortie du pays en raison des progrès accomplis par la zone euro, depuis le sommet de la crise en 2012".  

Pour la chancelière et son ministre, le risque de contagion est désormais limité. Ils considèrent le Portugal et l'Irlande comme assainis, et le mécanisme européen de stabilité (MES) constituerait à leurs yeux un outil de sauvetage suffisamment puissant.

Cet avis n'est cependant pas partagé par tout le monde outre-Rhin. Le secrétaire d'Etat social-démocrate aux Affaires européennes, Michael Roth a ainsi déclaré sur Twitter que "la Grèce est membre de la zone euro et doit le rester. Il faut éviter de provoquer, par la parole, des conséquences politiques et économiques qui seraient malvenues" a-t-il ajouté. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !