Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Reuters

Migrants

Alpes-Maritimes : des associations ouvrent illégalement un lieu d'accueil pour les réfugiés

La région Paca exige qu'il soit démantelé "sans délai".

Contre l'avis de la région Paca, un collectif d’association accueille depuis lundi à Saint-Dalmas-de-Tende des réfugiés érythréens qui franchissent la frontière italienne. Les hommes, femmes et enfants sont mis à l'abri dans un ancien centre de colonie de vacances SNCF. Cependant, le département des Alpes-Maritimes et la région Paca exigent "le démantèlement sans délai" de ce "lieu d'accueil humanitaire de transit". Le bâtiment, en passe d'être vendu, appartient à la SNCF qui compte porter plainte. "Nous n'avons pas été sollicités, il y a eu effraction. Ce qui nous inquiète est donc la sécurité du bâtiment, et donc de ses occupants", a indiqué Ivan Bellais, attaché de presse régional de la SNCF. Une petite quinzaine de gendarmes ont pris position dans la journée, "en attente d'instruction", selon la gendarmerie.

Opposition à l’accueil de migrants

Le 22 septembre, le département des Alpes-Maritimes à majorité LR avait voté une motion pour s'opposer à l'accueil de migrants en transit à Calais. "J'appelle le gouvernement à faire respecter la loi en procédant sans délai au démantèlement de ce campement illégal, en expulsant ses occupants et en poursuivant les associations à l'origine de cette action", a réagi le président LR du département, Eric Ciotti. 

De son côté le président de la région Paca, Christian Estrosi, a réagi sur Twitter dénonçant des "associations irresponsables".

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !