Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
©SIA KAMBOU / AFP

L'arroseur arrosé

Affaire Ramadan : un témoin qui accusait Henda Ayari épinglé pour viol

Djamel B., qui avait accusé celle qui dit avoir été violée par l'islamologue, était lui-même poursuivi pour viol, vol et faux.

Voilà que ne va pas aider Tariq Ramadan.Le témoin Djamel B., qui avait affirmé que Henda Ayari, victime présumée de l'islamologue, l'avait menacé d'une plainte pour viol, était en fait lui-même poursuivi par la justice pour ce motif, ainsi que pour vol et faux, rapporte Europe 1 ce vendredi 14 septembre. Il a été placé sous mandat de dépôt.

« Soit on le fait et je deviens ta maîtresse, soit je dépose plainte contre toi pour viol »

L'homme, un ancien douanier, s'était manifesté en décembre 2017, assurant à la justice avoir déjà eu affaire à la plaignante qui accusait Tariq Ramadan de viol, Henda Ayari. Il avait alors livré un témoignage précis, racontant avoir dû repousser les avances de cette dernière, qu'il avait contactée pour obtenir des conseils juridiques en 2013. Un refus qui lui aurait valu des menaces de la part de la quadragénaire. « Soit on le fait et je deviens ta maîtresse, soit je dépose plainte contre toi pour viol », lui aurait-elle lâché, selon ses dires. Un témoignage favorable à la défense de Tariq Ramadan, puisque décrédibilisant pour son accusatrice.
 
C'était sans compter sur la probité du témoin lui-même. Pour cause, selon les informations de Paris Normandie, l'individu vient d'être placé en détention et sera renvoyé à la Cour d'assises dans deux dossiers : l'un pour viol et l'autre pour son implication présumée dans une affaire d'enlèvement, de séquestration et de viol en bande organisée, dont il aurait été le cerveau. En outre suspecté d'avoir fait de fausses attestations d'employeur après avoir été suspendu de ses fonctions à la douane, il a été jugé pour faux et placé sous mandat de dépôt la semaine dernière. 
Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !