Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Jean Castex contrarie le Parlement

Couac

A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée

Beaucoup de députés La République en Marche estiment que le Parlement est contourné et que leur vote massif est ignoré

"En annonçant jeudi soir la mise en place d’une commission indépendante «chargée de proposer une nouvelle écriture de l’article 24» de la proposition de loi très controversée de «sécurité globale», le Premier ministre s’est attiré les foudres d’une partie du Parlement, notamment de sa majorité qui se sent au mieux contournée, au pire piétinée. " constate Libération.

D'autant plus que la majorité s'était mobilisé il y a 48 heures : 388 députés ont voté pour l'article 24, alors qu'on n'a compté que 104 votes contre, dont 10 venant des rangs macronistes.  

Même analyse du Figaro : "Ils sont dépités. L'annonce jeudi 26 novembre au soir par le premier ministre de l'installation d'une commission indépendante visant à réécrire le très polémique article 24 de la proposition de loi «Sécurité globale» enflamme le groupe LREM de l'Assemblée nationale, qui refuse d'être relégué à un rôle subalterne."

«J'ai fait part au premier ministre de mon étonnement», a réagi le président du groupe LREM Christophe Castaner, dans un message envoyé jeudi soir aux députés LREM et consulté par Le Figaro. 

Le président de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH), Jean-Marc Burguburu, animera cette commission qui doit rendre ses travaux "pour la fin du mois de décembre". avant le vote au Sénat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !