Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Peter Endig / dpa / AFP

Problème Européen

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

En cette période de forte activité pré-Black Friday, les employés allemands d'Amazon lance un mouvement social pour la mise en place d'une convention collective avec une meilleure rémunération en période de forte activité.

Les salariés Allemand d'Amazon sont mécontents et ils le font savoir. La moitié des centres logistiques du géant américains sont touchés par le mouvement et à Coblence ou Leipzig, les centres de distribution sont à l'arrêt. Le syndica Verdi réclame une convention colelctive pour tous les salariés avec revalorisation de leurs salaires. 

La grève a débuté dans la nuit du mercredi 25 décembre devrait durer jusqu'à samedi soir en pleine période du Black Friday. 

Cependant, les employés ne sont pas allés manifester et ont montré leur mécontentement en restant chez eux. Le climat de pandémie étant propice à la "grève silencieuse". 

Selon Amazon, la grève n'aura aucun impact sur les livraisons et pour un porte-parole, les salaires sont "excellents" chez Amazon. L'entreprise refusant le principe d'une convention collective. Pour les salariés allemand, il faut cependant que leurs contrats s'inscrivent dans celui qui s'applique dans le commerce de détail et à la vente par correspondance. Cela leur permettrait d'avoir un meilleur salaire durant les opérations spéciale comme le Black Friday. Selon Silke Zimmer, reponsable dans le syndicat Verdi "Les employés qui génèrent ce chiffre d’affaires et la fortune colossale de Jeff Bezos ne bénéficient toujours pas d’une compensation de la surcharge de travail que représente la semaine du Black Friday.”. 

Courrier International

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !