Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
les policiers ont dû faire face aux débordements entre 22 heures et 6 heures du matin.
les policiers ont dû faire face aux débordements entre 22 heures et 6 heures du matin.
©

Spectaculaire

2 200 migrants ont tenté de s'introduire dans le tunnel sous la Manche dans la nuit de lundi à mardi

Depuis le mois de juin, 8 migrants sont décédés en essayant de s'accrocher aux navettes "transmanche" qui circulent à une vitesse maximale de 50 km/h.

La zone du tunnel sous la Manche, à Coquerelles, a été envahie par près de 2 200 migrants clandestins dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 juillet. Tous tentaient de rejoindre "l'eldorado anglais". Cette information révélée par le Figaro a été confirmée par la Police aux frontières (PAF), ainsi que la préfecture du Pas-de-Calais et la direction du groupe Eurotunnel. 

D'après des sources policières présentes sur place, un milliers de migrants supplémentaires attendaient près de cette zone pour s'introduire dans le tunnel sous la Manche.  "D'habitude ils sont 500 ou 800, mais cette intrusion-là, c'était du jamais-vu (…) Et 90 collègues pour sécuriser l'intérieur et l'extérieur d'Eurotunnel, qui fait 23 kilomètres de périmètre, soit presque les deux tiers de Paris intra-muros, c'est nécessairement difficile, pour ne pas dire du grand n'importe quoi".

Dépassés par la situation, les fonctionnaires de police ont dû faire face aux débordements entre 22 heures et 6 heures du matin. Près de 15 migrants ont été blessés puis transportés à l'hôpital de calais. Depuis le mois de juin, 8 migrants sont décédés en essayant de s'accrocher aux navettes "transmanche" qui circulent à une vitesse maximale de 50 km/h.

 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !