Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

A chaud

"Grave erreur", embarras de l'Europe, menace iranienne et "décision courageuse" : les réactions à l'annonce de Trump sur l'Iran

Principaux concernés, l’Iran et son président Hassan Rohani ont dénoncé "une guerre psychologique".

Une décision très commentée. En annonçant le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump a déclenché une salve de réactions dans le monde entier…souvent très critiques. Principaux concernés, l’Iran et son président Hassan Rohani ont dénoncé "une guerre psychologique". Si le responsable iranien a assurant vouloir discuter rapidement avec les Européens, les Chinois et les Russes, il a averti que son pays pourrait mettre un terme aux restrictions consenties sur les activités d'enrichissement d'uranium.

Dans un communiqué commun, Emmanuel Macron, Angela Merkel, et Theresa May, ont fait part de leur détermination pour "assurer la mise en œuvre" du texte. Sur RTL ce matin, Jean-Yves Le Drian a estimé que "cet accord n'est pas mort. Il s'agit d'une rupture avec un engagement international et la France regrette profondément cette décision." De son côté, la Russie a communiqué sa "profonde déception" et de son "extrême inquiétude". Quant au secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, il a demandé aux signataires, hors Etats-Unis, à "respecter pleinement leurs engagements".

Très discret depuis la fin de ses deux mandats, l’ex-président Barack Obama a estimé dans un communiqué que ce retrait était une grave erreur. "Les Etats-Unis pourraient in fine se retrouver face un choix perdant entre un Iran doté de l'arme nucléaire ou une autre guerre au Moyen Orient" a-t-il estimé. En revanche, deux pays ont soutenu la décision américaine. Israël, par la voix de son Premier ministre Benyamin Nétanyahou, a dit approuvé "totalement" une décision "courageuse". Le royaume sunnite d’Arabie saoudite a aussi fait part de son "soutien".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !