Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: PATRIK STOLLARZ / AFP
Police Belge

Licencieux

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

Les faits se sont passés à l'étage d'un bar où les règles de distanciation sociale n'étaient pas respectées

Des policiers belges intervenant, vendredi soir, pour contrôler un rasseblement ne respectant pas les régègles anti-coronavirus ont eu la surprise de découvrir de nombreux fêtards, dont des diplomates, dans le plus simple appareil au premier étage d'un bar, situé rue des Pierres, Bruxelles raconte le quotidien belge La Dernière Heure.

La soirée se déroulait à deux pas du commissariat de police central 

Un des fêtards a tenté de s’enfuir en passant par une corniche, avant d’être rattrapé par une autre patrouille arrivée en renfort. Après avoir contrôlé son identité, les policiers ont constaté qu’il s’agissait d’un député européen qui a d’ailleurs directement brandi son immunité parlementaire, ce qui a engendré l’intervention du ministère belge des Affaires étrangères.

Toutes les personnes présentes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires.

Un eurodéputé hongrois du parti de Viktor Orban a admis mardi 1er décembre que sa démission du Parlement européen était liée à sa participation à une soirée clandestine à Bruxelles, décrite par des médias comme une « partouze », ignorant les restrictions anti-Covid en vigueur. Outre le non-respect des mesures liées à la pandémie, Jozsef Szajer, 59 ans, se voit aussi reprocher une infraction à la législation sur les stupéfiants. Il a néanmoins assuré dans un communiqué n'avoir « pas consommé de drogue », alors qu'« une pilule d'ecstasy » a été retrouvée par la police. Cet élu du Fidesz, parti hongrois associé au groupe parlementaire (PPE, droite) avait annoncé dimanche son départ du Parlement européen et son retrait de la vie politique, en assurant que cela « n'avait rien à voir » avec les débats politiques en cours sur l'État de droit dans son pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !