"Brexit" : Emmanuel Macron menace le Royaume-Uni de ne plus retenir les migrants de Calais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Brexit" : Emmanuel Macron menace le Royaume-Uni de ne plus retenir les migrants de Calais
©Reuters / Philippe Wojazer

Pavé dans la Manche

"Brexit" : Emmanuel Macron menace le Royaume-Uni de ne plus retenir les migrants de Calais

Dans un article du Financial Times, le ministre déclare également que la France pourrait inciter les banquiers à quitter Londres pour rejoindre Paris.

Un ultimatum, façon Emmanuel Macron. Le ministre français de l’Economie a indiqué au journal Financial Times qu’en cas de Brexit,  la France cesserait de retenir les migrants à Calais. "Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais", a ainsi lâché Emmanuel Macron. Pour le ministre français, l’accord du Touquet, en vertu duquel le contrôle des frontières britanniques s'effectue côté français pourrait être remis en cause si le Royaume-Uni sort de l'Union européenne.

Cette annonce intervient alors que le débat fait rage, au Royaume-Uni, à propos d'une éventuelle sortie de l'Union européenne. François Hollande et David Cameron, réunis jeudi à Amiens, dans la Somme, pour un sommet franco-britannique, devraient notamment évoquer ce sujet. Le Premier ministre britannique, qui fait campagne contre le "Brexit" avait lui-même déclaré, qu’en cas de sortie, "il n'y aurait rien qui empêcherait des milliers de personnes de traverser la Manche du jour au lendemain". 

Dans son interview, Emmanuel Macron prévient également que la France n'hésitera pas à dérouler tapis rouge au monde de la finance si le Royaume-Uni venait à faire cavalier seul. EN effet, en cas de sortie,  Londres n’aurait plus un accès complet au marché unique, ce qui pourrait rebuter des financiers, à l’humeur très volatile.

>>>>> A LIRE AUSSI : Et au fait, en cas de Brexit, qui de Paris ou de Berlin récupérerait le poids politique abandonné par Londres ?

Lu sur le Financial Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !