Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Sur cette illustration prise le 6 novembre 2020, un utilisateur met à jour l'application WhatsApp de Facebook sur son téléphone portable à Mumbai.
Sur cette illustration prise le 6 novembre 2020, un utilisateur met à jour l'application WhatsApp de Facebook sur son téléphone portable à Mumbai.
©Indranil MUKHERJEE / AFP

Messagerie

WhatsApp : quels risques pour vos données personnelles prenez-vous vraiment si vous n’acceptez pas les nouvelles CGU ?

Suite aux changement de conditions de confidentialité de WhatsApp devrions-nous vraiment procéder au changement de messagerie étant donné qu'au final la plupart des applications ont des conditions de confidentialités insuffisantes ?

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Anthony Poncier est Docteur en Histoire, membre du collectif Réenchanter Internet et expert en transformation digitale et en stratégies collaboratives. En cette qualité, il accompagne les entreprises dans la conception de leurs stratégies médias sociaux, ainsi que dans la création de leurs réseaux internes.

Voir la bio »

Atlantico : Après le 15 mai, que va-t-il se passer pour les utilisateurs ?

Anthony Poncier : Si l’on ne valide pas les nouvelles CGU, il n’y a pas de panique. On garde pour le moment accès à l’application et on est relancé à ce propos. Les comptes utilisateurs ne seront pas supprimés de l’application mobile, mais petit à petit l’expérience sera bridée, avec certaines fonctionnalités qui ne fonctionneront plus ou par intermittence.

Que va-t-il va changer pour vos données personnelles avec cette mise à jour ?

Il faut savoir qu’en Europe avec le RGPD, cela ne va pas bousculer grand-chose. Mais si vous êtes attaché à la sécurité des données, il vaut mieux changer d’application. La loi européenne nous protège, mais il faut savoir que ce n’est pas du bon vouloir de WhatsApp.

Pour M. et Mme Tout le Monde, la différence n’est pas notable sur la confidentialité et les données sur WhatsApp. Néanmoins, il faut juste savoir que la messagerie la plus utilisée n’est sans doute pas la plus protégée. On peut citer le cas de Jeff Bezos qui s’est fait hacker son WhatsApp et même Mark Zuckerberg est sur Signal, comme on a pu l’apprendre suite à une fuite de données sur Facebook.

Nombreux sont ceux à utiliser WhatsApp comme un logiciel de chat et à ne pas être très attentif à la question de la confidentialité. L’entreprise n’a d’ailleurs jamais communiqué là-dessus. Surtout confidentialité et Facebook sont deux mots qui ne vont pas ensemble. Avec ces nouvelles conditions, les utilisateurs se sont rendus compte que WhatsApp c’était Facebook. Ils se sont inquiétés et des migrations ont commencé à être assez importantes vers Telegram ou Signal.

Quand on donne le choix de la sécurité, c’est celui du public. Si on lui propose une application qui donne les mêmes services avec un meilleur aspect confidentialité et vie privée, il va le prendre. La seule raison pouvant freiner cette transition serait une interface plus compliquée car les gens sont paresseux de nature.

Est-ce alors intéressant de profiter de changement de CGU pour changer de messagerie ?

Avant de changer il faut voir où se trouve la majorité de votre carnet d’adresse. Mais avec les changements de conditions d’utilisation de WhatsApp, nombreux sont ceux à bouger sur d’autres applications comme Signal. WhatsApp devient de moins en moins utile. Ce qui faisait la différence au départ était le nombre de personnes dessus liées à son carnet d’adresses. Aujourd’hui, cela change.

Pour les Européens, changer de messagerie correspond plus à un acte militant. Il s’agit plus d’un alignement avec ses propres valeurs qu’avoir un impact sur ce que WhatsApp va pouvoir faire car il y a le RGPD. Si vous habitez hors U-E il y a d’autres questions qui se posent et sans plus un changement qui s’impose…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !