Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©Capture

Et pourtant ça existe

Toussaint : mais en fait, qui sait encore ce qu’est la sainteté aujourd’hui ?

Au long de l’année, nous célébrons les saints que l’Église a canonisés, des saints « officiellement » reconnus et proposés en exemple à tous. Mais en ce jour de la Toussaint, nous célébrons tous les saints, connus ou inconnus de nous, mais qui sont auprès de Dieu et qui durant leur vie ont été des témoins humbles et authentiques du Christ.

Pierre-Hervé Grosjean

Pierre-Hervé Grosjean

Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles, curé de la paroisse de Saint-Cyr-l'École. Il est aussi Secrétaire Général de la Commission Éthique & Politique de son diocèse. Il a fondé́ les universités d'été́ Acteurs d'Avenir. Il est l'auteur d'Aimer en vérité, paru chez Artège. Il est aussi un blogueur influent qu'il vous est possible de suivre ici. Son dernier ouvrage Catholiques engageons-nous ! est publié en avril 2016 (Artège).

Voir la bio »

Atlantico : Tous les 1er novembre, on fête la Toussaint. Si la fête n'est pour certains que synonyme de jour de repos aux portes de l'hiver, cette fête a une signification importante pour les chrétiens du monde entier. On y fête tous les Saints. Pourquoi fête-t-on ces saints tout au long de l'année mais aussi plus particulièrement lors de cette fête de la Toussaint dans l'Eglise catholique ?

Pierre-Hervé Grosjean : Au long de l’année, nous célébrons les saints que l’Église a canonisés, des saints « officiellement » reconnus et proposés en exemple à tous. Mais en ce jour de la Toussaint, nous célébrons tous les saints, connus ou inconnus de nous, mais qui sont auprès de Dieu et qui durant leur vie ont été des témoins humbles et authentiques du Christ. Ces « saints de l’ordinaire », dont la vie n’a pas forcément brillé aux yeux du monde, dont la sainteté est parfois restée cachée de leur proches, mais qui ont essayé de vivre de leur mieux l’évangile, leur vocation, leur vie.

Ces saints nous rappellent trois ou quatre vérités essentielles :

- La sainteté n’est pas réservée à une « élite », elle est le chemin de tous, la vocation de tout baptisé.

- Elle ne consiste pas forcément à faire des miracles, mais à prendre au sérieux cette amitié avec le Christ que Dieu nous invite à vivre.

- Un saint n’est pas une personne parfaite, c’est un pécheur qui s’est laissé aimer de Dieu, et qui a essayé d’aimer de son mieux en retour Dieu et ses frères.

- Cette sainteté est surtout un don de Dieu reçu au baptême, que nous essayons de cultiver, de faire grandir et parfois de retrouver grâce aux sacrements et à notre prière. Chacun est appelé à « incarner » ce don à sa façon, il y a pleins de visages de sainteté possibles dans l’Église : Dieu a ce projet pour chacun de nous, tels que nous sommes.

Comment devient-on ou est-on désigné saint ?

Les saints « canonisés », reconnus officiellement comme saints, et proposés à la prière de tout le peuple chrétien, l’ont été après une longue procédure. Il a fallu enquêter sur la vie et les écrits de ces personnes, pour discerner s’il était opportun de présenter leurs parcours comme exemples à suivre. On demande au Ciel de confirmer en quelques sorte ce discernement, en permettant qu’un miracle soit obtenu par l’intercession du futur saint. C’est une procédure longue et rigoureuse : l’Église s’engage en donnant tel ou telle en exemple, et ne veut pas le faire à la légère.

Mais pour l’immense majorité de ceux qui sont déjà auprès du Seigneur, cela restera le secret de Dieu ! Il y a aussi beaucoup de témoins que nous avons pu croiser, des chrétiens qui ont pu nous marquer, dont le témoignage a pu bouleverser notre vie. Leur vie sans être appelée à devenir connue du monde entier a été pourtant pour leur entourage réellement lumineuse et féconde, parce qu’elle était donnée.

Y a-t-il encore des saints dans notre société ?

Je crois vraiment à cette sainteté cachée de beaucoup autour de nous. Des hommes et des femmes qui dans le silence, loin des projecteurs, vivent une authentique fidélité à leurs engagements. Leurs vies sont parfois éprouvées mais elles restent belles, car ils continuent de servir et d’aimer ! Étonnante fécondité de ces vies cachées, humbles et offertes. J’ai une profonde admiration devant tant d’hommes et de femmes qui continuent de servir et d’aimer les plus démunis, les plus pauvres, les personnes handicapées, sans attendre de reconnaissance ni de succès… Tant de familles qui font de leur mieux pour vivre une véritable charité fraternelle, au cœur même des joies et des peines de leur chemin. Tant de vie diminuées, fragiles, parfois déclarées inutiles avec les critères du monde, mais qui restent des vies belles parce que données. Tant de « graines de saints » parmi nos jeunes chrétiens, heureux de croire et de s’engager, souvent à contre-courant… Ils ont soif d’absolu, de joie vraie et de sainteté ! Parfois les fautes de quelques-uns, les déceptions causées par d’autres, nous empêchent de voir les fruits de sainteté que porte la vie de l’Église. Si nous prions, elle suscitera encore aujourd’hui les saints dont le monde a besoin.

Il me semble que c’est peut-être la grâce de notre époque en Occident : dans une société sécularisée, un christianisme vécu à moitié ne tiendra plus, ne convaincra personne, et finira par disparaître. Nous sommes comme acculés à la sainteté – qui n’est rien d’autre que l’évangile pleinement vécu – si nous voulons offrir au monde un témoignage capable de toucher les cœurs et les intelligences. La Toussaint est l’occasion pour chaque baptisé de reprendre conscience de la beauté et de la grandeur de sa vocation, qui n’est rien d’autre que le projet de bonheur que Dieu a imaginé pour nous. La vie des saints nous rappelle que Dieu ne se découragera jamais de réaliser ce projet en chacun, pour que tous soient sauvés ! A nous d’oser y croire et de coopérer à sa volonté !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !