Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Sortie de l'iPhone 5 : les vendeurs face à l'hystérie des fans d'Apple
©

Secte

Sortie de l'iPhone 5 : les vendeurs face à l'hystérie des fans d'Apple

Le nouveau smartphone d'Apple sortira le 21 septembre. Certains commencent déjà à patienter devant les magasins de la marque, alors que se profile la menace d'une grève.

Sébastien  Morand

Sébastien Morand

Sébastien Morand est un journaliste indépendant, mercenaire de la pige, spécialisé dans les sous-cultures populaires, les produits dérivés et autres futilités indispensables.

Il est l'auteur du blog Super shogun, webmaster du site Jpop Trash et auteur du manuscrit Et Plus Si Affinités

Voir la bio »

L’été de feu tardif que nous avons subi au mois d’août prend fin et c’est le retour des températures fraîches le matin. En sortant de chez soi, l’œil masculin remarque de suite la disparition des tops moulants, des jupes légères et autres ballerines chez les douces créatures féminines. Rebonjour pulls amples et cabans. On va bientôt nous reparler du Téléthon, des Restos du Cœur et surtout des SDF. L’hiver ne peut être joyeux, même le soleil semble nécessiteux.

En parlant des SDF, faites bien attention à vous car, entre la période du 12 et du 21 septembre, vous pourriez croire qu’ils sont déjà de retour alors que ce n’est pas le cas. En effet, dans certains endroits bien précis de la capitale, de petits groupes de loqueteux se sont formés. Rien à voir avec les fameuses tentes rouges d’il y a quelques années sur les quais. Mais ils sont bel et bien visibles.

L’homme curieux ne pourra s’empêcher de s’approcher de ces petits tas d’humus organique plutôt calmes en apparence. La logique nous fait penser à de jeunes marginaux à la rue essayant de se tenir chaud. Et d’ailleurs, tout se prête à cette image. Ebouriffés, des vêtements aux couleurs criardes, mal assortis et trop courts, même pas de chaussettes dans leurs chaussures-boîtes, c’est la misère ! Le tableau déchire le cœur. Et c’est là qu’on se dit qu’on devrait peut-être faire un tri lors des collectes de vêtements pour les pauvres et garder les fourrés pour nos propres sans-abris au lieu de les envoyer en Afrique…

Mais en s’approchant d’eux, tout en fouillant dans sa poche afin d’y trouver une petite pièce jaune, donnée plus par pitié que par solidarité, on s’aperçoit de suite que ces SDF n’en sont pas ! Ce sont juste des hipsters ! Il est vrai qu’à 10/15m de distance, on a beaucoup de mal à faire la différence entre les deux castes. Ebahi et presque contrarié, vous relevez la tête et vous voyez un énorme logo en forme de pomme juste au-dessus de leur campement. C’est un Apple Store. Et vous comprenez ce qu’ils font là : ils attendent simplement le 21 septembre afin d’acheter leur précieux nouvel iPhone, le 5, qui a de nouveau que le nom. Et dire que vous alliez leur donner de l’argent !

Ne travaillant pas et vivant aux crochets de leurs parents over-friqués, ils ont tout leur temps. Pour eux, c’est une virée joyeuse. Ça discute, plaisante, fantasme longuement sur le moment divin où ils acquerront (enfin !) le saint Graal, tout en buvant dans un thermos un café bio décaféiné aromatisé d’un nuage de lait sans lactose et sucré au vomi d’abeille… Les tics de langage insupportables répétés en boucle, les attitudes stupides et les rires de crécelle fusent. Ils sont naturellement énervants. Se prenant en photo toutes les heures, parfois avec un iPad, ce qui restera toujours un sommet de ridicule, et la publiant de suite sur Facebook et Twitter afin de faire un book de souvenirs plus tard, et surtout se montrer, une puissante giclée de bile acide remonte dans votre gorge devant ce spectacle pathétique. Voilà la conga de damnés attendant debout pendant des heures, voire des jours (certains aux USA ont installé tentes et sacs de couchage), simplement pour acheter quelque chose et dire ensuite à leurs amis, connaissances ou familles, qu’ils étaient les premiers. Est-ce que ce monde est sérieux ?

Pour les moins hébétés, il est inutile d’attendre le 21 septembre pour voir comment se passera ce premier jour de vente de l’iPhone 5, il suffit simplement de jeter un œil sur les images d’archives pour l’iPhone 4S ou l’iPad. C’est toujours la même chose. En résumé, les grilles s’ouvrent, nos sympathiques bozos déboulent dans l’Apple Store la bave aux lèvres, se jettent sur l’objet du désir, regardent à peine la démo du vendeur, se précipitent aux caisses, éjaculent leurs plus ou moins 500€ et ressortent, satisfaits et apaisés tout en fumant une clope. Les nouveaux schémas commerciaux qui consistent à combler ses vides émotionnels par l’achat compulsif d’objets inutiles marchent très fort !

Les premiers acheteurs se prennent même pour des rock stars quand ils voient que la télé veut les interviewer. Un reporter en chope un au hasard. Jean-Eude a 21 ans, il est étudiant en études, capricorne et membre à vie du club des acnéiques. Il nous dit qu’il attendait depuis deux jours, qu’il est un peu fatigué, mais qu’il se devait d’être là et qu’il est très heureux d’être le premier en France à avoir acheté l’iPhone/iPad X ! C’est sa minute de gloire. Et le reporter d’enchaîner :

- C’est cool ! Et avec les filles, ça marche ?

Et c’est là que Jean-Eude a commencé à respirer difficilement…

A la limite, le comportement moutonnier des « pommés » ne surprend plus personne. On commence à les connaître et sont plus une source d’amusement qu’autre chose. Pour eux, acheter Apple, c’est le paradis. Vouloir vendre du paradis avec comme symbole une pomme, il fallait oser ! Demandez à Eve ! Mais en est-il vraiment un pour ceux qui y travaillent ? Eh bien non, ce serait même plutôt le contraire. Avec un mouvement de contestation démarré, non pas en France, toujours accusés que nous sommes de protester et de faire grève pour tout et n’importe quoi, mais bel et bien des Etats-Unis, les galériens des Apple Store commencent en avoir ras le trognon de leurs conditions de travail imposées par le capitaine Cook dans ses multiples rafiots. Et on les comprend ! Révélé par Gizmodo en août dernier, un document Apple, véritable guide du parfait petit employé modèle, rédigé dans le plus pur style propagande-lavage de cerveaux, révèle un décor digne de 1984. Pression psychologique intense, surveillance des propos des employés sur les forums, devoir de double-pensée (les mots « problème » ou « malheureusement » sont interdits à la prononciation par les vendeurs dans les magasins), toujours plus de flexibilité et des salaires au lance-pierre, c’était suffisant pour que la pomme vire au cidre amer.

Le mouvement de contestation a timidement commencé, avec le port d’un bracelet de couleur, montrant ainsi qu’ils sont en colère… Mouais. On doute un peu de l’efficacité de cette méthode. Mais d’autres, plus enragés, parlent carrément de faire grève le jour même du lancement de l’iPhone 5, et là, trop c’est trop ! Vous ne pouvez pas faire ça, ce n’est pas possible ! S’il vous plaît, chers petits vendeurs et employés des Apple Store, je vous en conjure, pour l’amour de Steve « Skippy » Jobs, je sais que vous n’êtes pas contents mais ne faites pas grève ! Pensez à la peine qu’auraient toutes ces gentilles petites têtes de gagnants que vous devez applaudir quand ils pénètrent dans le magasin ! Pensez à ces millions de dollars que vous pourriez faire perdre à ce pauvre Tim Cook qui rêve de s’acheter un nouveau pull ! Et surtout, et là c’est bien le pire, pensez à tous les ouvriers chinois de Foxconn qui se sont tués à la tâche ces six derniers mois 12h par jour pour 0,66€ de l’heure ! Auraient-ils sacrifié une partie de leur vie et de leur santé pour que vous veniez gâcher la fête avec vos petites revendications égoïstes ? Quelle indécence ! Vraiment, je vous le dis, vous ne pensez qu’à vous ! Mais j’ai confiance en votre sagesse et je sais que vous continuerez à perdre votre vie à la gagner en vous faisant exploiter pour le bien d’Apple. Et songez que les ordinateurs de Pôle emploi sont tous des PC. Ça n’aide pas à trouver du boulot après un licenciement…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !