Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Crédits Photo: Reuters
Lors des MTV Music Awards, Miley Cyrus s'est déhanchée de façon plutôt provocante.

Sexy lady

Scandales à répétition : les Américains sont-ils vraiment sous le choc des fesses remuantes de Miley Cyrus aux MTV Video Awards (ou les ont-ils secrètement adorées) ?

Miley Cyrus en sous-vêtements de latex qui se déhanche devant Robin Thicke sur le tube "Blurred Lines", et toute la presse américaine s'offusque...

Valérie  Gorin

Valérie Gorin

Valérie Gorin travaille au département de sociologie de Genève. Elle a travaillé dans le cadre du projet "l'information people, un oxymore ". Elle contribue de façon ponctuelle dans le cadre des cours de sociologie des récits et des sociologie de la célébrité.

Voir la bio »

Atlantico: Lors des MTV Music Awards, Miley Cyrus a interprété le titre "Blurred Lines" avec Robin Thicke. Elle s'est alors déhanchée de façon très provocante avec le chanteur. Depuis cette prestation remarquée, la polémique enfle aux Etats-Unis. Comment expliquer qu'une danse osée choque autant les Américains ? 

Valérie Gorin : Ce n'est pas tant la danse en soi que le rapport avec un homme plus âgé qui choque. Miley, 20 ans, s'est ainsi exposée avec un homme de 36 ans, dans une performance ultra-sexualisée. Cela perturbe les Américains non seulement sur des questions d'âge (l'homme adulte, macho, masculin qui s'affiche avec une femme à peine sortie de l'adolescence) mais aussi sur des rapports de genre (le rapport de domination-soumission clairement exposé dans la chorégraphie ne fait que ternir l'image de la femme).

On est donc ici clairement dans un schéma qui peut faire penser à un Lolita de Kubrick; cela dit, le même genre de performance aurait certainement provoqué la même polémique en Europe, car cela touche à une dimension sociale et sexuelle qui questionne les rapports de genre et d'âge entre hommes et femmes dans nos sociétés occidentales. Si on lit la presse américaine, on s'aperçoit d'ailleurs que ce qui a beaucoup choqué, c'est que sa chorégraphie s'accompagnait de décors qui évoquent les "totems" de l'enfance (couettes, ours en peluche). Et c'est donc cette "limite floue" (pour reprendre le titre de la chanson) entre monde asexué de l'enfance et sexualisé de l'adulte qui provoque la polémique.

Est-ce que Miley Cyrus paye son passé de star de Disney ? Les Américains sont-ils naïfs ou hypocrites sur le fait que la chanteuse ne soit plus une petite fille ?

On peut penser à de la naïeveté, mais c'est un phénomène courant avec les ex-stars de Disney. Que ce soit Britney Spears, Christina Aguilera, ou même Justin Timberlake chez les hommes, ils ont chacun passé par une période de rupture et de renégociation de leur identité. Ce n'est pas facile de sortir de l'image publique dans lequel vous êtes catalogué en tant que "star des enfants", et cela passe souvent par une affirmation sexuelle assez forte. Quand vous connaissez la célébrité jeune, cela signifie que le public suivra en quelque sorte votre biographie et les différents stades de votre vie, ainsi que l'image et l'aura qui leur sont associées. Un enfant, même une star enfant, c'est mignon, c'est attendrissant, c'est innocent et c'est surtout asexué.

Ce n'est pas la même chose pour les stars qui connaissent le succès en tant qu'adultes et qui n'auront alors que cette image désirable de maturité physique et sexuelle à présenter au public. En ce sens, Miley Cyrus, qui reste malgré tout connue pour son rôle d'ado dans la série Hanna Montana, choisit avec cette performance de casser ce moule. On le voit même symboliquement quand elle enlève son premier costume (à l'effigie d'un ours en peluche) pour s'afficher dans son deuxième costume (des sous-vêtements en latex). Le message est clair: "Regardez-moi, je suis une vraie femme et je revendique ma liberté sexuelle".

Les Américains ont-ils une culture pop plus puritaine et plus sage que la culture anglo-saxone ?

Oui, de manière plus générale même, la culture américaine se définit comme plus puritaine que la culture anglo-saxonne. Elle est faite d'antagonismes : en même temps que l'Amérique peut s'offusquer sur la danse hyper-sexualisée (mais néanmoins simulée) d'une jeune starlette, le pays reste tout de même l'un des plus gros producteurs dans l'industrie pornographique. L'Amérique reste très marquée par ses ambivalences, d'autant plus quand cela touche à la jeunesse. La majorité civique ne donne pas droit à tout; on est majeur sexuellement à 16 ans, mais on ne peut pas boire avant 21 ans...

D'une manière générale, le sexe au niveau public a toujours été très pudibond aux Etats-Unis (les films sont par exemple censurés plus sévèrement qu'en Europe s'ils contiennent des scènes d'amour). Et la culture pop joue un rôle important dans les sensibilités, puisqu'elle permet d'exposer, de négocier les limites entre ce qui est admis ou ce qui pose problème. Cette simple polémique autour de Miley est en fait un formidable miroir social sur la morale d'une société.

Cette performance a-t-elle ternie l'image de la chanteuse ? Comment expliquer que les Américains soient intransigeants avec ce type de dérapage ?

Ils sont intransigeants par qu'ils perçoivent cette jeune femme comme un modèle pour les jeunes (comme toutes les jeunes stars, d'ailleurs). Et affirmer sa sexualité publiquement dans un pays puritain, ça perturbe toujours les normes sociales, d'autant plus que la grande majorité des fans de Miley sont des enfants. Mais pour elle, ce passage vers l'âge adulte - et donc sexualisé - ne se limite pas à cette danse, puisqu'elle a entamé aussi une transformation physique (cheveux rasés, tatouages) qui est une manière pour elle de s'affirmer loin des clichés de la petite fille sage. Ce n'est pas tellement original, si on pense aux dérapages de ses aînées (Britney qui se rase les cheveux ou qui conduit ivre morte, Christina qui laisse traîner des sex tapes).

Cela fait partie à la fois d'une stratégie médiatique (faire parler de soi autrement) et d'une initiative personnelle (changer son image). La culture pop et people a d'ailleurs le goût du scandale, encore plus ces dernières années. Mais ce n'est pas certain que son image soit ternie, la polémique peut disparaître aussi vite qu'elle a enflé. Cela dépendra surtout de la manière dont Miley va évoluer ces prochains mois; soit elle peut revendiquer cette nouvelle image sulfureuse (ce qui semble être une stratégie courante pour les Rihanna, Lindsay Lohan et autres Lady Gaga), soit ce ne peut être qu'un passage.

Propos recueillis par Manon Hombourger

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !