Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Le roi d’Arabie saoudite et François Hollande.

Or noir

Salmane le magnifique, roi d’Arabie saoudite et roi de France

Le souverain saoudien avait déjà une capitale : Riyad. Il en a maintenant une deuxième : Vallauris.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Salmane ben Abdelaziz Al Saoud fait beaucoup parler de lui. Il dispose d'une gigantesque résidence à Vallauris qu'il tient de son papa, Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud. Il y est actuellement. Et ça fait jaser les jaloux et les mauvaises langues.

Pour pouvoir se baigner paisiblement le roi d'Arabie saoudite a privatisé la plage qui se trouve juste en dessous de sa villa. Il n'a eu aucune difficulté à obtenir toutes les autorisations préfectorales et gouvernementales nécessaires. Un homme qui nous achète des Rafales a droit à énormément de considération. Ça n'empêche pas les riverains de protester et de pétitionner contre. Ce sont de mauvais patriotes peu soucieux de l'avenir des ailes françaises et de notre balance commerciale !

La sécurité de Salmane ben Abdelaziz Al Saoud est assurée par ses gardes du corps et par la police française. Or à sa demande deux policières qui faisaient partie du dispositif protégeant la plage ont été priées d'aller regarder ailleurs. Et là ça proteste encore plus le chœur des indignés s'enrichissant d'indignés en uniforme. C'est qu'on ne comprend rien à la fragilité et à la délicatesse des Saoudiens. Car les policières auraient pu être émoustillées à la vue du roi, de ses cousins et de ses proches en maillot de bain.

Et qui sait à quels gestes parfaitement déplacés elles auraient pu se livrer ? La pudeur masculine n'est pas un vain mot en Arabie saoudite. Oui mais il y aura des policiers hommes quand les femmes du souverain se baigneront ? Objection non retenue : elles ne se baignent pas !

Ce qui a été moins remarqué, et qui est quand même remarquable, c'est que le roi Salmane est arrivé sur la Côte d'Azur en compagnie de 1000 personnes. 1000 personnes ! Vous en connaissez beaucoup vous des milliardaires, des potentats, des rois et des présidents qui se déplacent en si nombreuse compagnie ? La villa du roi Salmane étant trop petite pour les loger tous des centaines de chambres ont été louées dans des hôtels sur la Croisette à Cannes.

Et ça c'est bon pour la France, c'est bon pour le commerce. Le président du syndicat des hôteliers locaux l'a souligné avec force. "Des centaines de limousines louées, 15 à 20 000 fleurs achetées tous les jours !" La galanterie n'est pas non plus un vain mot en Arabie saoudite. Et plus on a de femmes plus on est galant.

Le président du syndicat hôtelier n'apprécie pas qu'on cherche des poux dans la tête du roi Salmane : "il ne faudrait pas qu'il parte pour le Maroc ou on lui ferait certainement moins de misères". Une inquiétude totalement injustifiée. Le roi Salmane dispose certes d'un somptueux palais à Casablanca. Mais il n'ira pas. Car il aurait l'impression de ne pas avoir bougé de chez lui. Même langue, même religion. Vallauris c'est beaucoup plus dépaysant.

Le souverain saoudien est un homme civilisé : à partir d'un certain nombre de milliards on est toujours quelqu'un de civilisé. Mais c'est aussi un homme d'affaires avisé et attentif. Il doit avoir en effet en mémoire ce qui s'est passé à Courchevel il y a quelques années. Un oligarque ukrainien avait loué en quelque sorte la ville pour fêter son cinquantième anniversaire. Des centaines de chambres retenues dans les hôtels les plus luxueux de la station. Un spectacle de cirque grandiose. Des cadeaux pour tous les enfants de la ville. Des call-girls venues d'Ukraine, au grand dam de la main d'œuvre locale, en jet-privé pour ses invités.

Cela lui aurait coûté la bagatelle de 5 millions d'euros. Comme on lui demandait pour quelle raison il avait dépense une telle fortune l'oligarque ne se démonta pas. "C'est pour prouver à mes associés, à mes clients et à mes concurrents que ma fortune est bien solide". Salmane, roi d'Arabie saoudite, obéit sûrement aux mêmes raisons. Les cours de l'or noir saoudien étant sérieusement menacés par le pétrole et le gaz de schiste américains il veut lui aussi montrer qu'il a de l'oseille. 

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !