Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en mer ?
©

SOS

Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en mer ?

Scénario catastrophe : vous avez besoin que les secours viennent vous récupérer en mer. Mais une fois sain et sauf qui paye l’addition ?

Tous les ans, de nombreux vacanciers font appel au service d’urgence pour les sortir de situations délicates : nageur bloqué par le courant, bateau en rade etc. En France, les secours aux personnes sont gratuits a priori…

Les Sapeurs-Pompiers offrent la gratuité des secours d’urgence uniquement, tous les déplacements qui ne sont pas jugés "urgents" sont facturés. L’addition se disperse la plupart du temps entre l’assurance maladie et les mutuelles, cependant l’usager peut se retrouver à payer le reste si sa couverture n’est pas optimale. Le montant varie en fonction des gestes du médecin – en cas d’intervention du SAMU –  et des médicaments prescrits.

Pour les personnes sauvées des eaux l’intervention des secours est gratuite pour les accidentés car les frais sont pris en charge par les municipalités. Cependant les opérations de remorquages sont facturées au propriétaire de l’embarcation. La facture est établie selon un barème qui prend en compte la taille du remorqueur et le temps d’intervention.

"Au delà de 300 mètres à partir du rivage, les frais de sauvetage ne sont plus à la charge de la commune car nous nous trouvons sur le domaine de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM). Si le sauvetage des personnes reste gratuit (la SNSM vit grâce aux dons), le sauvetage du matériel est entièrement à la charge du capitaine du navire en détresse", précise Kevin B., Pompier de Paris.

Si le sauvetage a lieu en montagne, les choses se passeront en revanche différemment. Rendez-vous demain pour en savoir plus.

Manon Hombourger
La rédaction remercie Kevin B., qui intervient pour le site Protegor, pour ses explications.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !