Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
©Odd ANDERSEN / AFP

Révolution technologique ?

Pourquoi vous ne verrez plus d’écrans brisés

Samsung travaille sur un nouvel écran OLED "incassable" et flexible. A quoi peut-on s'attendre ? N'est-ce pas un moyen de justifier les hausses successives des prix des smartphones ?

Gilles Dounès

Gilles Dounès

Gilles Dounès a été directeur de la rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek, l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCH.tv, la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux loisirs.

Il est le co-auteur, avec Marc Geoffroy, de l'ouvrage iPod Backstage, les coulisses d’un succès mondial, paru en 2005 aux Editions Dunod.

Vous pouvez suivre Gilles Dounès sur Twitter : @gdounes

 

Voir la bio »

Atlantico : Le 26 juillet dernier, Samsung a annoncé la création d'un nouvel écran OLED "incassable" et flexible Concrètement à quoi peut-on s'attendre et n'est-ce pas là aussi un moyen de justifier les hausses successives des prix des smartphones ?

 
Gilles Dounès : C'est très intéressant, et aurait presque valeur d'exemple dans la mesure où le communiqué de la division écrans de Samsung intervient deux semaines à peine après un communiqué à peu près équivalent, publié cette fois par Corning, le numéro 1 sur le secteur des écrans pour smartphones, avec ses Gorilla Glass. Et, comme d'habitude en pareil cas, c'est ce qui n'est pas dit dans le communiqué qui est sans doute le plus important.
 
Dans la semaine du 12 juillet, Corning a en effet publié un communiqué plutôt discret à propos de son Gorilla Glass 6, avec des performances de résistance de l'ordre de 15 chutes d'une hauteur de 1 m, tout en précisant que cette résistance pourrait varier en fonction des choix du constructeur en matière de design. De son côté, Samsung prend bien soin de souligner le caractère réaliste de la certification que son nouvel écran a obtenu, dans des conditions plus exigeantes (26 lâchers à la suite, depuis une hauteur de 1,20 m). Mais, en définitive, il s'agit pourtant de deux types de technologies différentes concurrentes pour un même usage, dans la mesure où l'écran OLED de Samsung est une résine plastique, tandis que l'écran de Corning est destiné à recouvrir la couche extérieure de l'écran capacitif projeté afin de le protéger des aléas de la vie quotidienne. Enfin, la mention de « flexibilité » de l'écran de Samsung qui est mentionné dans le titre ou dans la photo d'illustration du communiqué à ensuite totalement disparu de celui-ci : il n'en n'est plus fait question, alors que les produits concurrents intègrent eux aussi, dans une certaine mesure, cette flexibilité depuis plusieurs années.
 
Quelles que soient les qualités de ce nouveau composant, on est vraisemblablement face à une tentative du Coréen pour continuer à exister dans un contexte concurrentiel très difficile où l'iPhone X continue de se tailler la part du lion pour le troisième trimestre consécutif, malgré son prix très élevé. Le modèle économique de Samsung basé sur les composants électroniques, à la fois disponibles en priorité et au meilleur prix pour sa division « mobile », tout en alimentant sa trésorerie par ses livraisons à la concurrence, est plus que jamais pris en défaut par Apple, que le Coréen n'a pas su déboulonner de sa place de numéro1 sur le haut de gamme. Non seulement le Californien continue à siphonner l'essentiel des revenus sur le segment supérieur du marché, mais en outre il a entrepris depuis plusieurs années de différencier ses fournisseurs quand Samsung était peu à peu devenu son principal équipementier. Or, tout porte à croire qu'Apple va chercher à continuer de surfer sur le succès de l'iPhone X dès septembre prochain, soit en proposant un successeur, soit en déclinant les technologies de son navire amiral présenté comme le démonstrateur technologique des 10 années à venir… ou les deux !
 
On est au-delà de la simple introduction de nouveaux composants sur un type d'appareil, ce qui a toujours été le moteur d'évolution du secteur : il faudrait pour cela un changement radical dans le design des produits, avec par exemple l'augmentation des surfaces sensibles, ou l'introduction concomitante de plusieurs technologies nouvelles sur un même modèle, comme cela a pu être le cas avec l'iPhone X.
 
 

Quelles autres applications pourraient avoir ce nouveau matériau ?

 
Typiquement, on peut penser à des produits particulièrement soumis à des environnements stressants comme des tablettes pour l'éducation, le collège par exemple, ou l'environnement militaire en fonction des diagonales disponibles, ou éventuellement des smartphones spécialement marquetés « vie active » ou dirigeant pressé, mais cela ne peut pas constituer à lui seul un argument de vente.
 
Je pense plutôt à de nouvelles catégories d'écrans, qui auront nécessairement besoin de davantage de durabilité que les smartphones comme par exemple les montres intelligentes et d'autres objets électroniques à porter sur soi à venir, ou les écrans qui ont vocation à se multiplier un peu partout dans la maison, dans l'électroménager, voire même dans la voiture.
 
 

Concrètement comment a évolué l'industrie dans ce domaine et quelles sont les innovations encore attendues ?

 
Concrètement, et même si c'est discret, la montée en puissance des assistants vocaux s'est accompagnée d'une rétroaction par écrans interposés : dans la mesure où ces assistants ont vocation à se multiplier un peu partout, les écrans ont vocation à faire de même, que ce soit pour des problématiques d'inclusion vis-à-vis de différents publics concernés par tel ou tel handicap, mais également en terme de renforcement et d'efficacité du message.
 
Une autre possibilité, sur laquelle l'ensemble des acteurs du secteur se sont d'ores et déjà positionnés, ce sont les appareils « pliables », impliquant un changement de design radical à la faveur de l'apparition d'écrans réellement repliables et dépliables à l'infini. Avec à la clé une problématique difficile à résoudre : la multiplication des surfaces d'écran, dans un contexte de composants difficiles à fabriquer et donc particulièrement onéreux. C'est tout sauf un hasard si le communiqué de Samsung s'est fait discret au chapitre de la flexibilité dudit écran : soit ils ont quelque chose de prêt pour la prochaine génération de Galaxy, mais rien ne sert de d’alerter la concurrence trop tôt ; soit ils sont toujours à leur ouvrage et il est quand même fort utile de tenir leurs fanboys en haleine, à quelques semaines de la présentation du rouleau compresseur de leur principale concurrent.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !