Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Ne venez pas en Europe, ne risquez pas vos vies et votre argent" : de quoi auraient vraiment besoin les migrants économiques pour se laisser convaincre par l'appel choc du président du Conseil européen ?
©Reuters

Prêcher dans le désert

"Ne venez pas en Europe, ne risquez pas vos vies et votre argent" : de quoi auraient vraiment besoin les migrants économiques pour se laisser convaincre par l'appel choc du président du Conseil européen ?

A l’issue d’un entretien à Athènes avec le Premier ministre grec, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a vivement exhorté ce jeudi les migrants économiques à ne pas venir en Europe. Une déclaration inédite à ce niveau des institutions de l'UE, marquant peut-être le début d'une prise de conscience européenne.

Atlantico : Comment interpréter l'appel lancé à Athènes par Donald Tusk aux migrants économiques ? S’agit-il d’un tournant dans la politique européenne vis-à-vis des migrants économiques ? Une telle approche est-elle efficace ?

Laurent Chalard : La déclaration de Donald Tusk est assez facile à interpréter. La crise migratoire, que connaît l’Europe depuis une année, a conduit à un afflux de migrants inégalé depuis des décennies sur le continent, que les dirigeants européens jugent trop important en un laps de temps aussi restreint. Il s’ensuit une posture politique visant à réduire le flux, qui passe par la distinction de deux principaux types de migrants : les réfugiés venant de pays en conflit, dont les Syriens, qu’il est difficile pour des raisons humanistes dont se réclame l’Union européenne de ne pas accueillir ; et les migrants économiques, c’est-à-dire des populations venant de pays pauvres, qui ne sont pas en conflit, et dont l’Union européenne ne se considère nullement dans l’obligation de les accueillir.

Il s’agit d’un tournant dans le discours, dans le sens où l’Europe affiche clairement sa volonté de cantonner l’immigration aux réfugiés, les autres populations n’étant plus désirables. Cependant, cela ne relève que de la déclaration d’intention puisqu’il n’existe pas, à l’heure actuelle, de politique européenne commune concernant les migrants économiques, du fait d’intérêts extrêmement divergents entre les pays membres. En effet, si l’Allemagne a besoin de main d’œuvre dans un contexte de dénatalité et d’industrie performante, la France, sauf secteurs d’activité très spécifiques, n’en a guère besoin du fait d’une natalité moins abaissée et du faible dynamisme du marché de l’emploi hexagonal. En outre, bien que l’Espagne et l’Italie présentent une situation de dénatalité comparable à l’Allemagne, la situation de leur marché de l’emploi est actuellement tellement catastrophique qu’il n’y a pas, pour l’instant, un besoin urgent de migrants économiques. Cependant, les choses pourraient changer dans le futur si leurs économies venaient à redémarrer fortement, conduisant potentiellement à des modifications de leur politique migratoire.

En-dehors de la question de l’absence de politique européenne commune sur la question, l’efficacité de cette approche ne peut être que limitée car il n’est pas toujours facile de distinguer les réfugiés des migrants économiques, la plupart de ces derniers mentant sur leur pays d’origine. L’Europe subit les conséquences des déclarations unilatérales d’Angela Merkel de l’été dernier, qui a déclenché un appel d’air sans précédent car tous les candidats à l’immigration vers le Vieux continent ont saisi l’opportunité de profiter de la confusion créée pour entrer en Europe.

Quels sont les pays de départ concernés ? Quel est le profil et les motivations types de ces personnes qui cherchent à rejoindre le continent européen pour des raisons économiques ?

Contrairement aux réfugiés, qui sont principalement originaires du continent asiatique ces derniers temps (Syrie, Irak, Afghanistan), les migrants économiques proviennent principalement des pays du continent africain, en l’occurrence des pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Ce sont des populations qui quittent des pays pauvres, mais qui ne sont pas dans un contexte de guerre civile.

Il s’avère que ces migrants, qui peuvent paraître nombreux pour l’observateur européen, n’en demeurent pas moins extrêmement minoritaires dans leurs contrées d’origine, la majorité des migrations se faisant à l’intérieur des pays, des campagnes vers les villes, ou entre États limitrophes, comme les Sahéliens qui migrent vers les pays littoraux un peu plus dynamiques sur le plan économique. Ce constat s’explique par leur profil très spécifique. Nous avons affaire essentiellement à des jeunes très diplômés pour la société de départ, que l’on pourrait qualifier d’ "aventuriers", aux perspectives d’ascension sociale limitée dans des pays où l’économie reste embryonnaire. En effet, pour se projeter dans un pays lointain, il faut un minimum de connaissances et d’informations sur le reste du monde, étant donné la difficulté de la démarche migratoire.

Si la motivation de base repose sur un facteur rationnel, qui est la recherche d’une vie meilleure et d’une plus grande réussite professionnelle dans des pays dont le niveau de développement est sensiblement plus élevé, il ne faut pas négliger l’impact d’un certain côté irrationnel que constitue le rêve européen. La plupart de ces jeunes gens ne connaissent l’Europe qu’à travers des images véhiculées par les médias et les éléments de la diaspora, qui exagèrent grandement la qualité de vie qu’ils vont pouvoir y trouver. Il existe un véritable mythe de l’Eldorado européen, où la vie serait facile avec de l’argent à volonté sans trop se fatiguer, en particulier dans les anciennes colonies françaises d’Afrique noire.

A quelles conditions les personnes candidates à la migration économique seraient susceptibles de ne pas quitter leur pays de naissance ?

Les migrants économiques quittent leur pays d’origine pour des raisons d’ordre endogène et exogène. Il faudrait donc, en théorie, que la situation évolue fortement sur les deux plans pour éventuellement dissuader une partie de ces jeunes gens à ne pas quitter leur pays de naissance.

Concernant les facteurs endogènes, si ces jeunes pouvaient avoir dans leur pays d’origine des perspectives d’un avenir meilleur et en particulier d’une ascension sociale beaucoup plus importante, il n’y aurait plus guère de candidats au départ. Cela passerait par une accélération de la croissance économique sur un mode chinois (rappelons que l’immigration chinoise apparaît relativement limitée par rapport à la masse démographique du pays et à " l’armée de pauvres " qu’il contient encore aujourd’hui car un avenir meilleur paraît possible pour toutes les catégories sociales).

Concernant les facteurs exogènes, la perte d’attractivité de l’Europe pour diverses raisons est la seule chose qui dissuaderait certains jeunes gens d’y immigrer. Soit son dynamisme économique s’essouffle conduisant à l’installation durable d’un chômage de masse à l’espagnol sur l’ensemble du continent dans un contexte d’effondrement de l’Etat-Providence rendant quasiment impossible la survie pour tout nouvel immigrant. Soit l’instauration d’une politique migratoire restrictive extrêmement ferme à l’américaine rend quasiment impossible tout passage illégal vers le continent, comme c’est désormais le cas sur une grande partie de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Soit le " mythe occidental " d’une vie idéalisée prend fin, la réalité prenant le dessus sur l’imaginaire, mettant fin aux velléités d’immigration.

Du point de vue européen, sur quels axes doit s’appuyer une politique efficace permettant de faire face ? Un intérêt général européen sur ces questions est-il purement illusoire ?

Traditionnellement, les experts invoquent souvent la question du développement économique des pays d’origine comme principal enjeu pour lutter contre l’immigration économique illégale. Il suffirait donc d’aider de manière plus efficace les pays de départ à enclencher des processus de développement pour limiter l’émigration.

Cependant, cette démarche apparaît illusoire car les flux sont déjà limités par rapport à la masse démographique des pays d’origine et reposent plus sur un facteur irrationnel, le mythe de l’eldorado européen, que sur la réalité de la qualité de vie réservée aux immigrants clandestins sur le continent européen. En conséquence, si les dirigeants européens souhaitent réduire les flux d’entrées de migrants économiques, une opération de communication ciblée vis-à-vis des candidats au départ serait beaucoup plus efficace que toute action économique, qui, sous réserve de succès, n’aurait un impact que sur le long terme. Cette politique a déjà été mise en place avec un certain succès par les populations locales dans certaines régions du Sénégal où les femmes se sont mobilisées pour empêcher les jeunes de partir, ce qui, pour certains, les conduisaient au risque de décéder lors de la migration. Il s’agirait donc de "casser le mythe européen" à travers de vastes campagnes d’information décrivant les conditions réelles de vie dans les pays d’accueil, le racisme ambiant, les débouchés limités sur le marché de travail et faisant comprendre aux candidats à l’émigration qu’il vaut mieux être pauvre chez soi que chez les autres.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !