Mère Teresa : de Sainte à pécheresse. Puis Sainte à nouveau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Mère Teresa : de Sainte à pécheresse. Puis Sainte à nouveau
©

Image écornée

Mère Teresa : de Sainte à pécheresse. Puis Sainte à nouveau

Mère Teresa a longtemps été attaquée par de nombreux intellectuels, mais l'un de ses principaux détracteurs a changé d'avis.

Stuart Derbyshire

Stuart Derbyshire

Stuart Derbyshire est professeur associé de psychologie à l'université nationale de Singapour.

Voir la bio »

La précédente monographie de Gëzim Alpion sur Mère Teresa - Mère Teresa de 2007 : Sainte ou célébrité ? - dressait un portrait loin d'être favorable. Alpion décrivait comment Teresa avait soigneusement géré son image et sa "marque", à l'instar des célébrités modernes. Il la dépeint comme égoïste et quelque peu narcissique.

Le dernier ouvrage d'Alpion, Mother Teresa : The Saint and Her Nation, est beaucoup plus sympathique envers son sujet. Cela tient en partie au fait qu'Alpion a accès à de nouvelles informations et références.

Celebrity et Nation mettent tous deux l'accent sur les débuts de la vie de Teresa, de sa naissance à la veille de l'indépendance de l'Albanie en 1912 à la mort de son père lorsqu'elle avait 12 ans. Et tous deux expliquent l'appel de Teresa et son engagement envers Dieu comme sa façon de gérer son chagrin. Mais alors que Celebrity n'a jamais remis en question l'engagement religieux de Teresa, Nation décrit sa foi comme tourmentée et en proie au doute.

Ce changement de perspective est principalement le résultat de la découverte d'un membre de la famille jusqu'alors inconnu d'Alpion. Filomena, la cousine germaine de Teresa, qui a perdu ses parents et ses frères et sœurs à cause de la grippe espagnole, a été recueillie par la mère de Teresa en 1922. Filomena et Teresa ont ensuite partagé une chambre pendant six ans et sont devenues suffisamment proches pour se considérer comme des sœurs.

Alpion s'est rendu à Melbourne pour interroger les membres survivants de la famille de Filomena (elle s'est installée en Australie en 1952 et est décédée à Melbourne en 1979). Il a également pu examiner des documents d'archives contenant de nouveaux détails sur le passé de Teresa, ainsi que la correspondance personnelle entre Teresa et Filomena. Ces nouveaux éléments ont entraîné certains changements factuels. Par exemple, dans Nation, Teresa est désignée par son nom d'enfance, Gonxhe, plutôt que par Agnès, comme dans Celebrity. Nation explique que Gonxhe était le nom que Teresa pensait avoir reçu de son père, qu'elle a grandi avec ce nom et que les membres de sa famille l'ont utilisé tout au long de sa vie.

À Lire Aussi

Mère Teresa, la Sainte qui ne croyait pas toujours en Dieu

En outre, Alpion a également découvert de nouveaux éléments concernant les grands-parents de Teresa, et c'est là que Nation commence vraiment à s'écarter de Celebrity. Celebrity présentait Teresa comme un produit de la "culture de la célébrité" et explorait la manière dont elle construisait activement son statut de célébrité. Nation, en revanche, cherche à la comprendre en fonction de son héritage culturel et génétique.

Les ancêtres albanais de Teresa faisaient partie des nombreux catholiques romains expulsés de force du Kosovo en 1690, à l'époque de la domination ottomane. Alpion explique que beaucoup d'entre eux ont refusé "d'oublier les lieux qu'ils avaient été forcés de laisser derrière eux au Kosovo". C'est pourquoi, lorsqu'ils ont pu le faire en toute sécurité, ils ont émigré à nouveau. C'est précisément ce qu'ont fait les grands-parents de Teresa au milieu du 19e siècle.

Ce déménagement ne devait pas durer. Le grand-père paternel de Teresa, Ndue, a presque certainement été impliqué dans une vendetta après le meurtre de son père, après quoi il a probablement été payé pour mettre fin à toute vendetta. Cependant, il est peu probable que ce paiement ait été suffisant pour financer la grande maison que Ndue a construite au Kosovo. Des rumeurs se sont répandues sur une deuxième vendetta, ainsi que des affirmations plus farfelues selon lesquelles Ndue serait un intermédiaire pour les familles en conflit, ou même un tueur à gages. A la fin de la soixantaine, Ndue a vengé la mort de son père et a été lui-même tué en représailles. La vendetta s'est poursuivie par l'intermédiaire du fils de Ndue, âgé de 16 ans, qui a rapidement vengé la mort de son père avant d'être lui-même tué peu après. La grand-mère de Teresa et ses deux autres enfants ont fui le Kosovo et sont retournés en Albanie au début des années 1890.

Alpion affirme que nous pouvons comprendre Mère Teresa "à travers l'étude d'un "ADN" spécial... ce qu'on appelle les "fossiles sociologiques". Ces "fossiles" sont des transmetteurs d'un dépôt collectif, qui - sédimentés dans le subconscient des membres d'un groupe particulier - sont perpétuellement transmis d'une génération à l'autre".

Alpion affirme que ces "fossiles sociologiques" - de la longue histoire de la répression des catholiques albanais à l'expérience douloureuse de la mort de son père - ont poussé Teresa vers la spiritualité. À l'âge de 12 ans, la mort, le deuil, le mystère, l'intrigue et la religion sont devenus des éléments incontournables de la vie de Teresa. C'est alors qu'elle a annoncé son désir de devenir religieuse, un souhait qu'elle a réalisé six ans plus tard.

Thérèse a caractérisé ce "premier appel" à Dieu non pas comme une "vision", mais comme une épiphanie. Selon Alpion, il s'agissait d'une "réaction subconsciente à ce qui se passait dans sa vie mondaine alors qu'elle devenait une adolescente". Alpion révèle également que les efforts de Thérèse pour résoudre son chagrin par la spiritualité n'ont jamais été entièrement couronnés de succès. Tout au long de sa vie de nonne, Thérèse a souffert de la "nuit noire de l'âme", doutant de l'existence de Dieu et remettant sa foi en question.

En 1946, Thérèse assiste au jour de la grande tuerie de Calcutta, les énormes émeutes hindoues et musulmanes du Bengale, en Inde, qui font entre 5 000 et 10 000 morts. Cet événement a déclenché un "second appel" à approfondir sa dévotion à Jésus dans le service aux pauvres, et à surmonter sa "nuit noire de l'âme". Teresa a alors quitté son couvent de Lorette, s'est installée dans les bidonvilles de Calcutta et a poursuivi sa propre version du travail missionnaire par le biais des Missionnaires de la Charité, fondés en 1950.

Nation présente Teresa comme un véhicule à travers lequel les événements psychosociaux se déroulent. Cela la rend plus passive que la Teresa de Celebrity, qui était une créatrice active d'un personnage. Dans Nation, Teresa n'agit plus pour protéger son image de célébrité. Elle est plutôt motivée par un désir psychosocial "fossilisé" de protéger l'honneur et l'héritage de sa famille :

Plutôt qu'une simple indication de sa modestie ou de sa piété, sa réticence à l'égard de sa vie privée et des membres de sa famille était liée à trois "maillons faibles". Elle évitait de parler de son enfance car elle n'avait jamais réussi à accepter la perte de son père. Elle a gardé le silence sur son frère parce qu'il avait servi dans l'armée de Mussolini. Elle a gardé le silence sur sa mère et sa sœur, qui vivaient à Tirana sous le régime communiste, [pour] ne pas leur rendre la vie plus difficile".

La Thérèse de Nation est une figure bien plus sympathique que celle de Célébrité. Par exemple, lorsque le président albanais de l'époque, Sali Berisha, a offert à Teresa des excuses pour les mauvais traitements qu'elle et sa famille ont subis sous le régime communiste, Alpion écrit que "la religieuse a décliné l'offre avec l'humilité qui la caractérise en disant qu'elle leur avait pardonné à tous". La Thérèse de la célébrité n'a jamais été humble, et encore moins dotée de l'"humilité caractéristique".

Ce qui est remarquable dans tout cela, c'est qu'Alpion n'aborde jamais la profonde modification de sa vision de Teresa dans Nation. Celebrity n'est pas indexé, et n'est mentionné dans Nation qu'une seule fois - dans la courte conclusion. On pourrait même penser que les deux livres ont été écrits par des auteurs différents, si ce n'est qu'ils partagent le même style difficile et dense.

Néanmoins, les chercheurs sérieux et les lecteurs occasionnels trouveront beaucoup de matière à réflexion dans Nation - un livre qui, à tout le moins, enrichit notre compréhension de l'une des figures les plus durables du XXe siècle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !