Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Des cours de code sont dispensés aux écoliers britanniques.
©Reuters

Geek des bacs à sable

Les Britanniques le font : faut-il enseigner le code informatique dès la maternelle ?

Depuis la rentré 2014, le Royaume-Uni a mis en place des cours de code informatique pour les élèves de maternelle. Une discipline qui permettrait d'améliorer les performances des élèves dans d'autres matières.

Gilles Babinet

Gilles Babinet

Gilles Babinet a créé de nombreuses sociétés dans divers secteurs. Premier président du Conseil national du numérique, puis "Digital Champion", il représente la France auprès de la Commission européenne pour les enjeux du numérique. Il est l'auteur de L'Ere numérique, un nouvel âge de l'humanité (Le Passeur Éditeur, 2014).

Voir la bio »

Au Royaume-Uni, depuis la rentrée 2014, les écoles publiques enseignent le code informatique aux enfants dès 5 ans. Devrions-nous en faire autant ?

Gilles Babinet : Tout ça est le fruit d'une longue réflexion, de nombreux essais ont été écrits sur ce sujet à travers le monde. Enseigner le code dès le plus âge est positif mais uniquement à certaines conditions. L'objectif n'est pas de faire de tous les enfants des codeurs mais de permettre aux enfants de bénéficier d'une grammaire moderne, c'est-à-dire de savoir ce qui se passe derrière une tablette. Par ailleurs, le code informatique permettrait également aux enfants de développer des raisonnements complexes, de comprendre une syntaxe très développée. Cela les aiderait dans d'autres matières comme les mathématiques. Des études ont effectivement souligné les progrès dans d'autres matières des enfants ayant suivi un enseignement de codes.

Sous quelles conditions l'enseignement du code peut-il s'avérer bénéfique ?

Je pense qu'il est délicat d'enseigner le code si on ne modifie pas parallèlement le programme pédagogique. Car le code s'inscrit dans une logique de collaboration avec les élèves, à l'instar de la méthode pédagogique finlandaise. En fait quand les élèves ne savent pas, ils discutent, posent des questions. Si l'on ne change pas le système, les cours de code se feront au détriment des autres matières et les élèves ne seront pas  capables de transposer les avantages du code dans les autres domaines.

Quelles sont les capacités que le code permet de développer plus facilement ?

D'une part, je pense qu'il est nécessaire dans les pédagogies modernes toujours d'introduire des disciplines variées, mais dans le cadre de protocoles qui permettent l'autonomie des élèves. Au Royaume-Uni, c'est une des rares disciplines que les enfants vont faire d'eux même le week-end.

L'intérêt du code est qu'il s'agit d'une discipline interactive. Vous testez, vous voyez tout de suite le résultat. Cela se prête bien à la collaboration.

L'intérêt de le faire dès la maternelle, est que le code développe la curiosité. Il s'agit de comprendre les principes de l'élaboration du code. Il faut oublier la technologie et se positionner au-delà. Mais il ne faut pas penser destin professionnel. Ce qui est intéressant c'est l'apport pédagogique, et il est élevé. Les bénéfices sont assez proches de ceux de l'élaboration de la syntaxe mais en plus fort car c'est plus compliqué.

PISA le dit, les écoliers français passent beaucoup d'heures à l'école, ils sont stressés. Mais si vous intégrez cette idée dynamique, cela va les déstresser, c'est une espèce de jeu, c'est l'éducation inversée et ce n'est pas stressant.

Le numérique doit être pensé dans un nouveau système, car il nous permet de repenser le monde. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !