Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Editorial

La France qui gagne, la France qui perd

La France est décidément le pays le plus pessimiste au monde. La preuve ? En sport, quand ses athlètes gagnent, c'est presque une surprise, voire un accident !

Nous sommes décidément un peuple bizarre.

Quand un sportif ou une équipe française gagnent dans une compétition internationale, titre, prix ou championnat, c'est presque perçu et décrit comme un accident. Un coup de chance qui ne se reproduira plus. 

Pourtant, dans bien d'autres domaines, nous sommes champions pour rouler des mécaniques. Regardez le TGV. Trente ans qu'il est présenté comme le train-le-plus-rapide-du-monde !  Si Eurotunnel a préféré l'ICE de Siemens, ce n'est pas parce qu'il est meilleur, mais parce que l'appel d'offres était truqué.

Le Rafale ? Tout pareil. Notre avion de chasse est le meilleur-avion-de-chasse-du-monde parce que nous en sommes intimement convaincus. Et tant pis si personne ne nous en a jamais acheté... et si l'avion a été conçu voici bientôt trente ans (aussi).

Heureusement que les Emirats Arabes Unis nous ont pris 400 Leclerc, sinon le meilleur-char-d'assaut-du -monde (conçu il y a... trente ans) serait resté aussi incompris que le Rafale... qui lui, n'a pas fait perdre 1,3 milliard d'euros à Dassault en vente à perte, contrairement au Leclerc, qui a contribué à mettre à mort Giat Industries.

Pourtant, nous ne sommes pas éternellement condamnés à la "loose". Quand les français comme Jean-Baptiste Grange deviennent champion du monde de slalom, ou comme Teddy Thamgo, champion du monde de triple saut, nous nous étonnons qu'ils aient réussi à faire résonner la Marseillaise dans un stade.

En sport, comme en affaires, c'est souvent - mais pas toujours - le meilleur qui gagne. Il faut savoir reconnaître quand on ne l'est pas, le meilleur.

Mais aussi admettre que lorsque l'un de nos champions gagne, c'est bien parce qu'il l'est, le meilleur.

Et non la faute à la chance.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !