Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crédits Photo: JOHN THYS / AFP
Ursula von der Leyen discours sur l'état de l'Union européenne

Discours sur l'état de l'Union européenne

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a prononcé, ce mercredi à Bruxelles, son premier discours sur l’état de l’Union européenne. Elle a notamment évoqué les menaces sanitaires, le changement climatique, la crise économique et les dissensions entre Etats membres.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio »Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.

 

 

 

Voir la bio »

Atlantico.fr :  Dans son discours sur l'état de l'Union, Ursula von der Leyen a insisté auprès des Etats membres sur trois priorités: le pacte vert, la révolution numérique et la géopolitique. Partagez-vous ces priorités? En voyez-vous d'autres?

Christophe Bouillaud : Il ne me revient pas en tant que analyste de juger de la pertinence ou non de ces priorités. Par contre, il faut rappeler que l’affirmation de ces trois priorités correspond à des engagements de longue durée de l’Union européenne, et avant elle de la Communauté économique européenne. En effet, c’est depuis au moins les années 1970 que le processus d’intégration européenne se préoccupe d’environnement, depuis les années 1980 que la compétitivité de l’Europe communautaire par rapport au reste du monde développé  - Etats-Unis et Japon  à l’époque - est un sujet de préoccupation, qui aboutit d’ailleurs au « processus de Lisbonne » au début des années 2000 – avec désormais des  concurrents supplémentaires, dont bien sûr la Chine - , et enfin, il y a belle lurette que les dirigeants européens se promettent la main sur le cœur de peser ensemble dans les affaires du monde, sans jamais y réussir vraiment d’ailleurs. Ils ont d’ailleurs à chaque révision des traités depuis les années 1980 renforcé les moyens de la diplomatie commune européenne. Or force est de constater que, pour l’instant, toute cette belle machinerie institutionnelle marque le pas :  l’action de Josep Borrell, l’actuel Haut Représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité,  comme celle de ses prédécesseurs, reste éclipsée par les coups d’éclat de dirigeants nationaux, comme récemment celui d’Emmanuel Macron à la fois sur le Liban et sur les prétentions turques en Méditerranée orientale.

Bref, au-delà des mots nouveaux, des préoccupations nouvelles bien réelles, comme par exemple l’évolution de la Turquie ou les effets de plus en plus tangibles du réchauffement climatique sur le territoire même des pays européens avec des canicules à répétition mettant en danger  l’agriculture et la foresterie, et des promesses grandiloquentes d’aller de l’avant,  plus cela change, plus c’est la même chose.

Un aspect qui me parait toutefois absent est celui de « faire les Européens ». L’Union européenne reste singulièrement faible pour ce qui est de renforcer le sentiment d’appartenance de ses citoyens.

Yves Bertoncini : Ces trois grandes priorités reprennent celles qu’elle a présentées au moment de son entrée en fonction il y a un an, et qu’elle a voulu réaffirmer, à juste titre, en écho à l’actualité récente, notamment marquée par le réchauffement climatique, les profits accrus des « GAFA » et l’instabilité régionale et mondiale.

Elle a parfois précisé un peu ses intentions, en proposant par exemple que l’objectif de réduction des émissions de C02 soit porté à – 55% à l’horizon 2030 (contre – 40% à ce stade), en plaidant pour une « identité numérique » européenne et en affirmant sa fermeté vis-à-vis de la Turquie, de la Russie et du Royaume-Uni. Elle a aussi évoqué la nécessité de défendre les valeurs européennes, chez nous comme au dehors – là aussi en écho à ses premières déclarations de l’été 2019.

La crise du COVID-19 l’a cependant amenée à insister sur deux priorités nouvelles, à savoir le renforcement des outils d’intervention de l’UE en matière sanitaire et la nécessité de bien utiliser le « plan de relance » arraché au forceps en juillet : dans son esprit, il s’agit à la fois de réparer les dégâts économiques et sociaux, mais aussi de transformer le modèle de développement de notre continent, y compris afin d’accéder sa transition climatique et numérique.

Au total, je dirai que le diagnostic d’Ursula von der Leyen est bon, qu’elle a raison de l’affiner au regard de l’évolution de l’Europe et du monde, mais que l’essentiel reste à faire, c’est-à-dire administrer les bons remèdes qu’il appelle, avec l’accord des parlementaires européens et des gouvernements nationaux…

Avant de parler des points négatifs, dans quels domaines l’Union européenne est-elle vraiment efficace ?

Christophe Bouillaud : Dans ce qui constitue en réalité son cœur de métier : le « marché unique ». Depuis les années 1950, les pays européens ont réussi à se doter d’un marché intérieur, certes encore imparfait, mais vraiment intégré. Il est vrai que ce marché intègre plus le marché des biens, des capitaux, que des services et du travail, mais, comme l’a montré la pandémie de Covid-19 ce printemps, même un tel événement ne le perturbe pas fondamentalement.

De fait, ce marché est plus large que l’Union européenne proprement dite, puisqu’il s’étend aussi aux pays de l’Espace économique européen (EEE) et à la Suisse. Globalement, grâce à l’intégration européenne depuis les années 1950, le continent européen a retrouvé son niveau d’intégration économique d’avant 1914 : les marchandises circulent, les capitaux circulent, les travailleurs circulent.

Ce cœur de métier est très large, et c’est largement pour cela que l’Union européenne existe.

De fait, l’issue de la négociation sur le statut du Royaume-Uni vis-à-vis du bloc commercial que représente l’UE risque d’être fort intéressante à observer. Par exemple, la « City » de Londres va-t-elle accepter de perdre au 1er janvier 2021 son « passeport financier européen », ou va-t-elle tordre le bras de Boris Johnson pour qu’il trouve un accord sur ce point avec les continentaux ?

Yves Bertoncini : Le cœur des compétences conférées à l’Union européenne par ses Etats-membres étant plutôt économique et financier, il est logique que ce soit sur ces registres qu’elle est la plus efficace. 

La Banque centrale européenne a à nouveau su adapter ses réponses à la crise du COVID-19, de même que les autres institutions de l’UE, qui ont tiré les leçons des crises précédentes. La Commission a proposé rapidement d’assouplir le contrôle des déficits publics et des aides d’Etat, afin de laisser les gouvernements faire face aux urgences économiques et sociales. L’UE a aussi créé en un temps record un mécanisme d’aide au financement du chômage partiel, mis à disposition des prêts de la Banque européen d’Investissement et du Mécanisme de stabilité et utilisé les dernières réserves de son budget. 

Last but not least, les Européens se sont aussi entendus sur l’adoption du plan de relance « Next generation EU », fondé sur un emprunt commun et la mise à disposition de 390 milliards de subventions et de 360 milliards d’euros de prêts. Il suffit de rappeler que cet apport financier devrait représenter 40% du plan de relance français et fortement soulager des pays comme l’Italie ou l’Espagne pour mesurer à sa juste valeur la réaction de l’UE, comme s’est employée à le faire la Présidente de la Commission.

Cela a l’air plus théorique, mais c’est aussi parce que l’UE est fondée sur le respect d’un droit adopté en commun qu’elle peut être efficace. Ursula von der Leyen a ainsi bien fait de rappeler que la Commission avait interdit à des pays comme la France ou l’Allemagne de bloquer l’exportation d’équipements médicaux vers les pays voisins, ce qui aurait pu dégénérer en successions de restrictions qui auraient fait beaucoup de dégâts.

Elle a aussi souligné l’importance de respecter les engagements pris lorsqu’elle a évoqué le Royaume-Uni et les négociations du Brexit : ce pays pourrait en effet porter tort à nos économies s’il avait accès aux marchés et aux consommateurs de l’UE sans respecter pleinement nos règles.

La Présidente de la Commission a enfin rappelé qu’il fallait garantir le respect de l’Etat de droit dans tous les pays de l’UE, y compris pour ne pas permettre que les financements européens soient victimes de la fraude, de la corruption ou des conflits d’intérêt…

Par ailleurs, y-a-t-il des domaines de la compétence de l’Union sur lesquels elle est défaillante voire inexistante dans les faits ?

Christophe Bouillaud : En théorie, selon les traités, l’Union européenne veut développer des standards sociaux élevés. Or, en pratique, depuis les années 1980 et surtout après le grand élargissement de 2004, c’est à un « dumping social » et à une « concurrence fiscale » auquel on assiste. On reparle depuis peu d’un « SMIC européen », on essaye d’enrayer les excès du « travail détaché », mais il reste que, sur tout l’aspect social, l’Union européenne a fait beaucoup de promesses et elle a tenu bien peu.

A cela s’ajoute que, lors de la crise de la zone Euro en 2008-2012, la collectivité des Etats européens, sous l’impulsion de l’Allemagne, a choisi une sortie de crise par l’austérité dans les pays touchés par des risques supposés de cessation de paiement (Grèce, Espagne, Portugal, Irlande, etc.). Ces cures d’austérité ont été lancées en négligeant totalement les retombées sociales de ces choix faits au nom de la sauvegarde de l’intégrité de la zone Euro – et en réalité sans doute voulus pour sauver les grandes banques allemandes et françaises d’une faillite inéluctable en cas de défaillance d’un des pays endettés auprès d’eux. La Commission européenne a reconnu ensuite qu’il y avait là une erreur de conception, et sans doute, il n’est plus question de refaire la même chose. Cependant, dans les pays concernés, les conséquences sociales et politiques ont été très graves.

Le même phénomène est en train de se produire pour ce qui concerne les droits de l’Homme en Pologne et en Hongrie. En théorie, l’Union européenne défend ces droits comme la prunelle de ses yeux, mais elle s’avère très faible vis-à-vis de ses propres membres qui dérivent vers des formes de démocratie dégradée avec un début de chasse aux minorités ou de restriction de l’espace politique.

Autrement dit, pour l’instant,  l’Union européenne défend très bien les droits des personnes comme acteurs économiques, beaucoup moins bien ceux des personnes comme titulaires possibles de droits sociaux en vue de leur permettre de mener une vie digne d’être vécue, et médiocrement ceux des personnes s’opposant sciemment, ou de par leur simple existence, à certains gouvernements nationaux – mais il est vrai que, dans ce dernier cas, la liberté d’installation entre Etats européens permet de fuir facilement un Etat persécuteur, pour autant d’être un acteur économique n’ayant pas besoin de droits sociaux. Ainsi, pour prendre un exemple, un homosexuel polonais n’aura ainsi qu’à traverser la frontière allemande et à s’installer à l’ouest du continent, pour autant qu’il trouve un métier lui permettant de vivre. 

Enfin, bien sûr, je n’insiste pas sur tous les autres sujets de défaillance, comme ceux cités dans les priorités de l’actuelle Présidente de la Commission. Il faut bien sûr ajouter la difficulté de mener une politique commune de l’asile et de l’immigration, ou la difficulté à définir un « policy mix » européen qui satisfasse tous les Etats.

Yves Bertoncini : La Commission européenne a été très timide vis-à-vis des restrictions de circulation imposées par les Etats-membres, que ce soit via le rétablissement des contrôles aux frontières nationales ou les décisions de mise en quatorzaine. Si la flexibilité est prévue en cas de crises, il est clair que les gouvernements ont agi de manière impulsive et non coordonnée, et que la Commission aurait pu faire davantage entendre sa voix, notamment pour protéger les frontaliers, les transporteurs routiers, etc. Ursula von der Leyen a annoncé qu’elle ferait des propositions sur Schengen : on va donc pouvoir vérifier si la flexibilité accordée aux Etats-membres respecte bien certaines conditions et certains délais – sans quoi ce sera à nouveau la foire d’empoigne…

Le même constat négatif s’impose en matière de migration et d’asile, où les Etats agissent en ordre dispersé et au coup par coup pour ceux qui sont volontaires – on le voit encore à l’égard des demandeurs d’asile du camp incendié à Lesbos. La Commission Juncker avait obtenu le renforcement des contrôles aux frontières extérieures et la mise en œuvre d’une solidarité entre Etats-membres, et Ursula von der Leyen avait affirmé sa volonté d’agir vite lors d’une visité médiatisée en Grèce. Elle vient d’annoncer qu’elle proposerait dès la semaine prochaine un nouveau « Pacte pour l’asile et les migrations » - dont acte, il est plus que temps, et il restera à la faire adopter et appliquer…

Dernier exemple marquant : si l’UE s’est montrée solidaire face au COVID sur le plan économique et financier, elle a peiné à le faire savoir – il y a donc là une défaillance de communication et même d’incarnation. Si Ursula von der Leyen avait voyagé vers l’Italie au plus fort de la crise, elle n’aurait peut-être pas eu à s’excuser par la suite, et nombre d’Européens ne resteraient pas sur l’idée fausse que les Russes et les Chinois ont été plus solidaires…

De quels sujets, l’Union européenne pourrait-elle et devrait peut être se prévaloir tandis même qu’elle n’est pas en position institutionnelle de le faire ?

Christophe Bouillaud : L’un des points de plus grande faiblesse de l’Union européenne est qu’elle manque d’un espace médiatique proprement européen ouvert au grand public. Il existe certes toute une sphère de médias européens spécialisés destinés aux élites économiques, politiques, administratives. Mais les affaires européennes sont très peu traitées dans les médias grand public nationaux. La France est de ce point de vue l’un des pires élèves de la classe européenne, avec des journaux télévisés (TF1 et France 2) de grande audience où l’Europe est quasiment absente. Cela crée de nombreux malentendus, car, du coup, les citoyens ordinaires ne savent pas qui prend quelle décision et pourquoi.

Du point de vue comparatif, cette absence de grands médias transeuropéens « grand public » est d’ailleurs frappante par rapport aux grandes Etats qui existent par ailleurs (Etats-Unis, Brésil, Chine, etc.)

L’Union européenne n’a certes aucun moyen d’agir sur le contenu des journaux télévisés dans les différents pays membres  – qui restent pour la masse des Européens le premier moyen de s’informer -, mais cela aiderait beaucoup d’avoir un jour une information un plus fouillée dans tous les médias grand public sur ce qui se passe à  « Bruxelles ». Or, à ma connaissance, actuellement on observe plutôt une décrue de la présence de ces grands médias à Bruxelles.

Yves Bertoncini : En discourant plus d’une heure et quart, Ursula von der Leyen a naturellement pris le risque d’évoquer nombre de défis face auxquels les Etats-membres sont en 1ère ligne et l’Union européenne plutôt subsidiaire.

En commençant son intervention par « l’Europe de la santé », elle a pu montrer qu’il était possible de faire preuve de volontarisme (pour les rapatriements sanitaires, la fourniture de masques, la recherche en commun d’un vaccin), même dans un domaine où l’UE n’a quasiment pas de compétences. Elle a d’ailleurs appelé à renforcer ces compétences à la faveur de la Conférence sur le futur de l’Europe » - sinon complètement ignorée…

Ursula von der Leyen s’est également montrée très offensive en termes de droits de l’homme et de respect des minorités, en annonçant un plan d’action contre le racisme et en appelant au respect des « LGBT QI », y compris via la reconnaissance de toutes les formes de parentalité en dehors du pays d’origine des parents. Ce sont semble-t-il des défis qu’elle entend relever en profitant de sa position institutionnelle, sans nécessairement avoir tous les outils juridiques pour le faire.

C’est sur la promotion d’initiatives militaires et de défense conjointes qu’Ursula von der Leyen s’est montrée la plus discrète, sans doute parce qu’elle sait que ce sont les Etats membres qui ont la main sur ce registre : mais c’est typiquement sur ces enjeux qu’elle devrait se montrer plus entrainante, fut-ce au risque d’exercer un « ministère de la parole », surtout après avoir proclamé qu’elle voulait présider une « Commission géopolitique »…

Un dernier exemple symbolique : il serait temps que l’UE se dote de nouvelles ressources pour financer son budget annuel et son nouveau plan de relance, qui devra sinon être remboursé par les Etats-membres à partir de 2028. Le Parlement européen vient de voter une résolution claire sur le sujet, mais ce serait vraiment à la Présidente de la Commission d’être plus offensive. Ursula von der Leyen a certes mentionné un projet de taxation digitale et un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, mais pas la taxe sur les transactions financières, et elle s’est montré très prudente – encore un effort, Madame la Présidente !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !