Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gal Gadot polémique cinéma Hollywood Cléopâtre
©ANGELA WEISS / AFP

Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

Gal Gadot va incarner Cléopâtre au cinéma dans le prochain biopic consacrée à la célèbre reine d'Egypte. Cette annonce et ce choix pour le casting de cette superproduction hollywoodienne ont provoqué une polémique sur les réseaux sociaux.

Aurélien Marq

Aurélien Marq

Aurélien Marq est haut fonctionnaire et polytechnicien, chargé des questions de sécurité intérieure.

Voir la bio »

Nouvelle polémique du « progressisme » et de l’idéologie « décoloniale » : l’actrice Gal Gadot, ancienne Miss Israël, peut-elle interpréter Cléopâtre ? On voudrait hausser les épaules en souriant, mais c’est aussi l’occasion de souligner les mensonges d’une idéologie empoisonnée…. et d’évoquer deux femmes sublimes !

Je dois aux lecteurs un avertissement : j’ai adoré la manière dont Gal Gadot a incarné la petite sœur d’Athéna dans Wonder Woman, et je trouve qu’elle est une femme magnifique. On s’en doute, je serai donc totalement objectif.

Parlons d’abord d’une autre femme extraordinaire, supérieurement intelligente, charismatique, d’un courage et d’une détermination hors du commun : Cléopâtre VII, dernière et magnifique Reine d’Égypte. Quelle était l’apparence de Cléopâtre ? Puisqu’il est ici question de belles et talentueuses actrices, je poserai la question ainsi : plutôt Gal Gadot, Lupita Nyong'o ou Jing Tian ?

Cléopâtre était par son père une descendante des lignées des Diadoques, les généraux grecs (macédoniens, pour être précis) d’Alexandre le Grand. Par sa mère, c’est incertain. Peut-être celle-ci était-elle issue de l’élite grecque de l’Égypte des Lagides, peut-être était-elle une Égyptienne de souche, ce qui ferait de sa fille une métis gréco-égyptienne. Ce qui plaide pour que Cléopâtre ait été métis, c’est une réflexion de Plutarque qui précise qu’elle est la seule de sa fratrie à parler égyptien. Mais on peut aussi l’interpréter, tout simplement, comme la marque de son sens politique et d’une volonté de se rapprocher de son peuple. Quoi qu’il en soit, des trois actrices que j’ai citées, c’est à coup sûr Gal Gadot dont le type ethnique se rapproche le plus de celle qui séduisit César et Marc-Antoine.

Mais Cléopâtre était-elle belle – et au risque de frustrer Astérix et Obélix, je ne parle pas que de son nez ? Disons-le tout net : les représentations d’époque qui nous sont parvenues sont loin d’être aussi éblouissantes que nous l’aimerions. CEPENDANT ! On connaît l’anecdote selon laquelle lors de leur première rencontre, César l’aurait d’abord prise pour une courtisane envoyée par le Pharaon Ptolémée XIII (lui-même tout à la fois frère, époux et ennemi juré de Cléopâtre : voilà une famille qui ferait passer Game of Thrones pour une douce bluette sentimentale).

Une conclusion s’impose : le physique de Cléopâtre était à tout le moins celui que l’on pouvait raisonnablement espérer d’une courtisane de haut vol envoyée par le souverain de l’Égypte au conquérant le plus puissant de l’époque. Son pouvoir de séduction est donc indéniable, et ne repose pas uniquement sur l’atout politique qu’elle représente, mais plutôt sur son charisme, sa culture, sa très vive intelligence et au minimum un charme incontestable.

Jusqu’ici, j’espère que l’on m’accordera que le choix de Gal Gadot pour l’incarner remplit parfaitement le cahier de charges ! (je vous avais prévenus que je serais totalement objectif)

Revenons un moment à la polémique actuelle, entre accusations de white-washing et surtout volonté désormais manifeste de black-washing hollywoodien. Car derrière tout cela il y a autre chose, de bien plus inquiétant.

Évoquons d’abord l’antisémitisme manifeste de certains commentaires, qui reprochent à Gal Gadot de « voler le rôle d’une actrice arabe comme Israël vole la terre des palestiniens ». Voilà qui ne manque pas de sel, quand on sait que la conquête arabe de l’Égypte fut infiniment plus brutale que n’importe quelle opération militaire de Tsahal, et que ce qui a été préservé de l’héritage extraordinaire de l’Égypte Antique  l’a plutôt été malgré ces conquérants arabes que grâce à eux.

Ce n’est pas tout. Comme jadis d’autres suprémacistes raciaux de sinistre mémoire, les suprémacistes noirs sont à la recherche d’une ascendance glorieuse et fantasmée. Circule donc chez eux une théorie digne des grandes heures de l’Ahnenerbe selon laquelle les Égyptiens auraient été Noirs. Et cette fumeuse théorie considère généralement aussi, et le dit explicitement, que les Blancs sont une race inférieure, voire même une monstruosité créée génétiquement par un savant Noir d’un passé lointain (je n’ai pas mentionné les délires de l’Ahnenerbe par hasard).

Au cas où quelqu'un aurait un doute, autant le préciser : n’en déplaise aux tenants des théories racialo-complotistes de Cheikh Anta Diop, non, les Égyptiens n’étaient pas Noirs, même s’ils n’avaient évidemment pas non plus le type Viking. J’invite le lecteur curieux à lire ce bref article, qui résume bien la question. Pour l’anecdote, parmi les adeptes de "l’Égypte Noire" se trouvent plusieurs membres éminents de l’inénarrable LDNA, ce qui motiva il y a quelques années leur opposition à la remarquable exposition sur Toutankhamon.

Mais foin de ces considérations politiques ! En espérant une reconstitution de l’Égypte des Lagides aussi soignée que celle d’Assassin’s Creed Origins (un régal pour les yeux, et la preuve que la pop’culture peut faire des choses remarquables), je me réjouis de pouvoir dans quelques temps admirer une femme magnifique incarnant une femme extraordinaire !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !