Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous
©Facebook

Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé le lancement de Shops, une interface qui permet aux entreprises de présenter et de vendre leurs produits directement sur le réseau social et Instagram.

Bertrand Duperrin

Bertrand Duperrin

Bertrand Duperrin est directeur au sein du cabinet Nextmodernity et blogeur. Il est un des spécialistes français de l’évolution conjointe des modes de travail et des technologies.

Voir la bio »

Atlantico : Mark Zuckerberg a déclarer vouloir "donner aux petits détaillants un moyen de vendre en ligne qui n'implique pas Amazon". Quelle stratégie de développement commercial se cache derrière cette affirmation ? 

Bertrand Duperrin : Aujourd'hui le métier de Facebook est de vendre des pubs, ou plus précisément des données client qui permettent de les cibler. L'un des idées derrière cette annonce est de garder encore plus longtemps les utilisateurs de Facebook dans l'écosystème Facebook (aujourd'hui quand ils cliquent sur une annonce pour acheter un produit ils quittent Facebook pour aller sur la boutique en ligne du vendeur) et donc d'en savoir encore plus sur leurs habitudes de consommation, leurs intentions d'achat, ce qui sera biens sur valorisé par la suite. Mais le business premier est et restera la pub.  En proposant à des commerçants de donner vie à leur boutique dans Facebook il génère un marché nouveau pour la vente d'annonces publicitaires. Si un commerçant a une boutique en ligne il peut en faire la promotion sur de nombreux canaux, Facebook n'étant qu'un d'entre eux. Là le commerçant va naturellement considérer Facebook comme une option prioritaire lorsqu'il fera son allocation budgétaire car il s'attendra à un meilleur taux de conversion pour un client qui ira sur sa boutique sans changer d'univers par rapport à un client qui cliquerait sur une annonce et se verrait transporté dans un environnement nouveau. 

On peut également se demander si par la mise en place d'une solution visant à payer par Facebook il ne veut pas faire ce qu'à réussi Apple avec iTunes ou bien sur Amazon. Avec un achat "one click" c'est un moyen de plus de proposer une expérience simple au client, donc de devenir une de ses plateformes de choix pour faire un achat, donc d'alimenter la mécanique vertueuse de ses boutiques qui elles vont alimenter la machine à publicité.

Mais il ne s'agit pas d'un revirement de business model même si Facebook touchera une commission sur les ventes. C'est simplement un levier de plus pour alimenter son coeur de métier en surfant sur la vague de la COVID.

Pourquoi Facebook (et ses filiales) ont-ils cette volonté de faire de leurs membres des consommateurs ? Ne faut-il y voir que l'interêt financier ? 

Comme on l'a dit l'idée de première c'est de trouver de nouveaux produits aidant à vendre de la publicité. Faire des clients des consommateurs n'est pas l'objectif mais le moyen de faire venir des boutiques qui achèteront de la pub. Il y a un intérêt financier direct (la vente de publicité) et un intérêt indirect (la collecte de données) mais il ne faut pas s'attendre à autre chose de Facebook qu'une motivation financière. Si pendant longtemps Google s'est accroché à son "Don't do evil" originel avant de le mettre au rancart, Facebook ne s'est jamais caché derrière de fausses bonnes intentions. 

Cette évolution était-elle prévisible ? N'était-ce pas finalement naturel que des places "publiques" intègrent des espaces marchands en leur sein ? 

Oui c'est totalement naturel et d'ailleurs Facebook le fait déjà pour les produits d'occasion entre particuliers. Maintenant rien ne dit que cela va fonctionner. Détrôner Amazon n'a rien d'évident d'autant plus qu'on fait difficilement rimer confiance avec Facebook et d'ailleurs Google s'y casse également les dents avec Google Shopping. Alors oui c'est totalement naturel et même totalement prévisible car ça n'est qu'une étape vers l'arrivée du commerce directement dans Messenger ou WhatsApp ! Il n'y a rien de nouveau ni de visionnaire là dedans et on peut même dire que Facebook est très en retard car il ne fait que copier WeChat ! En Chine le commerce en ligne a lieu dans WeChat et pas sur des boutiques en ligne, on paie avec WeChat Pay en ligne et même chez les commerçants en boutique ! Si Facebook est en retard et si cela ne se voit pas c'est parce que les pays occidentaux sont très en retard sur ces usages par rapport à la Chine mais qu'il fait le pari que nous suivront la même voie auquel cas il est le plus légitime pour capter le plus gros du commerce en ligne de demain. Ce faisant il se prépare également à une potentielle accélération de Wechat hors de son marché alors que lui ne peut aller en Chine.  Et si cela n'arrive pas car les consommateurs n'adoptent, finalement, pas les mêmes comportements, cela ne lui aura pas coûté cher d'essayer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !