Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
©JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Tribune

Européennes : nous choisissons la France !

"Qu’est devenu le parti de Jacques Chirac qui veilla toujours à une étanchéité entre l’extrême droite et le parti gaulliste ? " se demandent Frédéric Lefebvre et Alain Malraux.

Alain   Malraux

Alain Malraux

Alain Malraux est un collaborateur du journal Service Littéraire et écrivain. Dernier ouvrage paru : « Les marronniers de Boulogne, Malraux père introuvable », réédité en poche chez Omnia.

Voir la bio »
Alors que le RN devenu le parti de l’étranger est empêtré dans ses relations financières avec les proches du président Wladimir Poutine et se compromet avec Steve Bannon, l’agent de la diplomatie parallèle de Donald Trump, les seuls qui restent silencieux sont les LR. Comment expliquer ce silence ?
 
Les liaisons dangereuses de la tête de liste LR voulue par Laurent Wauquiez, avec Marion Maréchal Le Pen sont un début d’explication. 
Qu’est devenu le parti de Jacques Chirac qui veilla toujours à une étanchéité entre l’extrême droite et le parti gaulliste ? 
 
La gêne d’un parti devenu le porte-voix des allemands, peut-il légitimer ce silence assourdissant ?
 
Chacun a pu remarquer que LR défend mollement Strasbourg comme siège du parlement européen car ils savent que le PPE majoritairement a décidé sous l’impulsion germanique de la CDU de l’abandonner et ils ont déjà abdiqué...
La France veilla depuis 1958 à ce que l’hémicycle du  conseil de l’Europe à Strasbourg devienne le lieu symbolique des séances pleinières du parlement européen. 
Qu’est devenu le parti du Général de Gaulle qui ne se couchait pas devant nos amis allemand ? 
 
Nous dénonçons la faiblesse de LR qui soutient le choix du PPE de désigner à la présidence de la commission européenne un allemand, Manfred Weber, choisi avec leurs votes,  « Spitzenkandidat » ! 
Qu’est devenu le parti de Nicolas Sarkozy qui savait élever la voix ? 
 
Est-ce parce que LR a effrontément refusé les sanctions contre le Premier Ministre Orban, membre du PPE dont les positions et les décisions sont inacceptables pour les démocrates Français, car flirtant ouvertement avec l’extrême droite européenne ? 
 
Et nous ne voulons pas voir le retour de la « chienlit » ! Écoutons ces « gilets jaunes » qui disent eux même qu’ils recommenceraient de plus belle si le RN l’emportait mais arrêteraient si Renaissance était devant : « on arrête si Emmanuel Macron est devant Marine Le Pen aux européennes ! »
 
Ne pas brader l’intérêt national et l’idéal européen, nous guide. 
 
Les députées européennes LR élues, pour certaines d’entre elles , pendant 15 ans ont décidé de soutenir la liste Renaissance, alliance entre En Marche, Agir, le Modem et le Parti radical. 
Francoise Grossetete, Elizabeth Morin-Chartier ou Tokia Saifi n’ont pas hésité à rompre avec un parti à la dérive identitaire ! 
 
Nous sommes en phase avec le volontarisme européen du Président de la République et sa volonté de faire travailler ensemble la gauche modérée et la droite modérée en Europe pour construire la nouvelle Europe qu’attendent les citoyens. Une alliance Libérale, Sociale et écologiste, dans l’esprit salutaire du Gaullisme. 
 
Que tous les Premiers Ministres de droite des 15 dernières années, Alain Juppé, Dominique de Villepin où Jean Pierre Raffarin aient fait le choix de ne pas suivre LR, illustre combien ce parti est en perdition. 
 
Que Nicolas Sarkozy hésite tant à s’afficher avec une tête de liste incarnant la droite versaillaise et ultra-conservatrice en dit long. 
 
Nous qui avons commencé nos vies politiques auprès de Jacques Chaban Delmas, grand résistant et incarnation de la modernité avec la « nouvelle société » l’un et André Malraux, l’homme des anti-mémoires  qui inventa le ministère de la culture Française il y a exactement 60 ans cette année, nous combattons le fatalisme qui consiste aujourd’hui à céder aux Allemands le leadership de l’Europe et à ce titre nous appelons tous les patriotes et européens convaincus à se battre pour conserver le parlement européen à Strasbourg. 
 
 
Oui à Strasbourg !
Non à Manfred Weber allié d’Orban !
 
Le PPE va se fracturer dans les mois qui viennent et les figures de LR, Brice Hortefeux et Nadine Morano, bien présents  derrière le trio de tête de la liste LR,  poussent à une telle alliance, passerelle évidente avec la multinationale des nationalistes européens qui se bâtit sous nos yeux. 
 
Ainsi, ce parti trahi nos idéaux, ne défend plus ni les intérêts de la France, ni les intérêts de l’Europe !
Réveillons nous !
 
Le RN parti de l’étranger qui sacrifie l’intérêt national à des alliances internationales avec nos adversaires autoproclamés au plan économique, au travers de Steve Bannon le supremaciste américain ou avec nos adversaires géopolitiques de l’Est en faisant estrade commune avec le parti nationaliste de Poutine. 
 
LR qui abdicte devant nos amis allemands en leur laissant une priorité politique en rupture avec le couple équilibré qu’ont voulu les De Gaulle, Giscard, Mitterrand ou Chirac !
 
Que madame Merkel dénonce les tensions avec le président Macron devrait nous réjouir. Ce jeune président qui décide enfin que la langue officielle du couple franco-allemand sera dorénavant le Français et plus l’allemand ! Rééquilibrer le couple Franco-allemand, dans l’esprit de son incarnation par De Gaulle et Konrad Adenauer, Valery Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt , François Mitterrand et Helmut Kohl, Jacques Chirac et Gerhard Schröder !
 
La France doit être défendue. 
Ce n’est pas un référendum pour ou contre Emmanuel Macron dimanche mais un référendum pour ou contre la France. 
 
Notre choix est fait ! Sans hésiter...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !