Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation

Sociologie de la chaussure

Espadrilles ou tongs : montre moi ton pied, je te dirai qui tu es

C'est le match de l'été : tongs contre espadrilles. La plage contre la ville. L'Égypte ancienne contre les Trente Glorieuses. A travers de simples chaussures, c'est peut-être deux conceptions du monde qui s'affrontent, comme nous l'explique le sociologue Frédéric Monneyron.

Frédéric  Monneyron

Frédéric Monneyron

Frédéric Monneyron est l'auteur de La sociologie de la mode (PUF, 2010).

Il est professeur à l'université de Perpignan-Via Domitia et à l'University of South Florida (Tampa).

Voir la bio »

Atlantico : Les pluies estivales en France marquent-elles la victoire de l’espadrille sur la tong ?

Frédéric Monneyron : On peut effectivement opposer la tong, simple chaussure de plage, à l'espadrille, chaussure de plage ET de ville. Les magazines de modes qui sont parisiens - sauf exception - auraient naturellement tendance à privilégier la chaussure de ville qu’est l’espadrille et il est vrai que le temps épouvantable un peu partout en France devrait conforter l’avantage de l’espadrille sur la tong. 


L'espadrille véhiculerait, selon vous, des “valeurs” ?

Cette chaussure décontractée a émergé après-Guerre pour la plage. D’ailleurs certaines sont appelées les Tropéziennes, ce qui ancre leur usage et leur réputation à Saint-Tropez mais sur toute la côte méridionale française. C’est la chaussure du bord de mer dans des climats relativement chauds.

A son apparition, l’espadrille pâtissait d’un côté trop décontracté. Petit à petit, elle a gagné ses lettres de noblesse pour devenir une chaussure d’été “classique”. Si bien qu’aujourd’hui elle a été déclinée en modèle compensé pour les femmes... Diversifiée, l’espadrille est rentrée dans les moeurs.

 
 
Quid de la tong ?

La tong a des origines beaucoup plus lointaines. Elle vient d’Égypte et sa forme actuelle est passée par l’Asie. Son modèle semble calqué sur des modèles qu’on voit en extrême-Orient, comme en Thaïlande ou en Indonésie... C’est la chaussure tropicale et décontractée. On la porte essentiellement à la plage : ce n’est pas pour rien que la marque leader de tongs porte le nom de l’île d’Hawaï et revendique des racines brésiliennes...

La tong ne rejoindra l’espadrille au panthéon de la chaussure que lorsqu'elle sera aussi reconnue comme chaussure de ville. La preuve : on peut aller au bureau en espadrille mais pas en tong - sauf certains patrons de start-up.
L’espadrille reste européenne. On la voit en Espagne mais pas en Italie. Aux USA, où j’ai longtemps vécu, je n’en n’ai jamais vues.
 


Quelles sont les principales différences entre tongs et espadrilles, en termes de représentations ?  

On ne peut que noter que la tong est très décontractée. On n’est pas loin de marcher pieds-nus. La tong est un succédané de la corne de pied. Les porteurs de tongs ne les mettent que pour éviter de se blesser les pieds. Tandis que l’espadrille reste une chaussure. Elle est plus élégante que la tong...

L'espadrille est née au cours des Trente Glorieuses. Or cette période-là est à la mode. Pensez à la série Mad Men. Ranimer cette mode n’est pas innocent... L’espadrille tisse des liens entre ces deux époques. Elle rappelle que nous sommes à l’époque d’un certain conformisme. Car si l’espadrille a pu être révolutionnaire à ses débuts, elle ne l’est plus !

Initialement, les espadrilles étaient des chaussures ouvrières, comme le jean. Ces deux vêtements ont été repris par la mode à peu près à la même époque. On peut aujourd’hui aller à une soirée select en jean, comme le fait Karl Lagerfeld. Jeans et espadrilles se sont institutionnalisés en parallèle : c’est d’ailleurs une star qui s’est fait prendre en photo en espadrilles au début : Salvador Dali !

L’espadrille, sortie du contexte uniquement plage, peut encore conquérir le monde. Mais, jusqu’à présent, elle s’exporte encore aussi mal que le béret basque ! C'est la tong qui domine le monde !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !